Hassen Khelifati, P-DG de Alliance Assurances, à propos de la création d‘une ‎organisation patronale ‎</br>‎«Il s’agit d’une association pour l’intérêt commun»‎

Hassen Khelifati, P-DG de Alliance Assurances, à propos de la création d‘une ‎organisation patronale ‎
‎«Il s’agit d’une association pour l’intérêt commun»‎

Après avoir quitté le FCE, il y a quelques mois, Hassen Khelifati, P-DG d’Alliance Assurances s’est lancé dans une nouvelle aventure, celle de créer un syndicat des employeurs dans le but est de construire une économie solide pour une nouvelle Algérie. Son organisation patronale, qui verra le jour prochainement, sera une plateforme de proposition constructive à laquelle tous les acteurs économique, pourvoyeurs d’emploi et de richesse puissent y adhérer.

Interview réalisée par Nassima Bensalem

Vous êtes en phase de préparation d’une nouvelle organisation patronale. En quoi consiste ce projet ?8M7A0095-down

Il s’agit de la création d’un nouveau syndicat des employeurs et créateurs de richesses algériens. Etant donné que nous avons toujours milité au sein d’autres espaces et qu’aujourd’hui, nous sommes libres après avoir démissionné du FCE, nous avons décidé de créer un espace qui regroupe tous les pourvoyeurs d’emplois. Cette idée mûrit déjà depuis des mois, nous avons évalué la situation depuis l’élection d’un nouveau président de la République et nous considérons ainsi qu’il y a une nouvelle Algérie qui est en train de se construire et l’Algérie de demain a besoin de nouvelles institutions et organisations pour accompagner ce mouvement de reconstruction d’une Algérie nouvelle.

Quels sont les objectifs de cette organisation ?8M7A0105-side

Il s’agit d’être une force de proposition et partenaire des autorités publiques pour construire une Algérie nouvelle, pour construire une économie basée sur des piliers solides. Nous des créateurs de richesses et d’emplois, nous respectons la loi et les règles de la République. Nous estimons que notre rôle consiste à être écouté et d’élaborer des propositions constructives pour les autorités publiques pour que les choses ne se fassent pas sans nous et contre nous. Nous devons être le porte-voix des chefs d’entreprises. Nous avons mis en place une équipe de travail qui est en train de constituer un document de référence qui englobe quatre volets essentiels à savoir notre vision de l’économie nationale, notre mission, nos valeurs et aussi une charte d’éthique que chaque adhérent doit signer et respecter.

Qu’est-ce qui diffère votre organisation de celles qui existent déjà ?

Nous ne voulons pas nous placer par rapport aux autres, nous avons évalué ce qui existe déjà et nous avons notre propre vision des choses. Nous sommes positifs et nous allons travailler avec tous les acteurs économiques. Notre but est de séparer la politique de l’économie pour mieux reconstruire notre pays sous une République démocratique. Nous ne devons pas utiliser la force d’une organisation patronale pour faire de la politique. La nouveauté de notre association réside dans le fait de mettre en avant notre pays et non pas les personnes physiques. Nous allons contribuer à la construction de l’avenir de nos enfants.

Quelles sont les conditions auxquelles doivent répondre les adhérents ? 8M7A0110-side

Les adhérents doivent être employeurs et créateurs d’emplois et de richesse. Nous allons les organiser par branches d’activité, service, industrie, startup, femme chef d’entreprise …  Nous devons, non seulement, créer une solidarité entre l’ensemble des acteurs économiques, mais aussi encadrer les jeunes chefs d’entreprises. En somme, il s’agit d’une organisation pour l’intérêt commun et toute personne disponible et pouvant apporter une richesse à l’économie est la bienvenue.

Pour quand l’organisation sera opérationnelle ?

Nous avons mis en place deux groupes de travail qui sont planchés sur la création de l’association, sur le plan administratif nous sommes en train d’avancer. L’assemblée générale constitutive se tiendra dans les trois prochaines semaines.

Serez-vous le seul membre fondateur de cette organisation ?

Non, pas du tout. Nous recevons des centaines d’appels et de message via les réseaux sociaux de la part de chefs d’entreprise issus de tous les wilayas du pays et même de l’étranger qui se proposent à participer à la création de notre association. Nombreuses sont les personnes qui croient en notre projet et croient en une Algérie nouvelle. Et pour répondre à votre question, je pense que nous serons une centaine de membres fondateurs au départ. Il faut savoir aussi que nous allons lancer un formulaire d’adhésion via une application web.

Est-ce que le nombre d’adhérent sera limité ?8M7A0112-side

Non, les adhérents doivent juste être en mesure de partager la vision de notre organisation. Le nombre va être déterminé en fonction de ce que nous allons apporter. Ce qui est sûr c’est que nous n’allons pas distribuer des lots de terrain et des avantages, il s’agit de participer à améliorer le climat des affaires en respectant la loi et en libérant les initiatives pour aller de l’avant. Aujourd’hui, l’Algérie se maintient debout grâce aux chefs d’entreprise qui résistent à la crise et qui continuent à offrir de l’emploi et c’est ceux-là qui nous intéressent.

Avez-vous défini un nom pour votre organisation ?

Nous avons plusieurs propositions, mais nous n’avons pas encore tranché sur cette question. Nous essayons de trouver un nom qui reflète l’Algérie nouvelle et qui définit aussi ce que nous sommes. Toutefois, ce qui nous importe c’est le contenu de notre document de référence.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page