Sofiane Yousfi, manager d’Eco Fermetures de Béjaia «Nous nous appuyons sur l’expertise étrangère»

Sofiane Yousfi, manager d’Eco Fermetures de Béjaia «Nous nous appuyons sur l’expertise étrangère»

Eco Fermetures est une entreprise basée à Bejaïa, spécialisée dans la fabrication de menuiserie en aluminium et en PVC. Pour fournir un produit qui répond aux standards internationaux, l’entreprise s’appuie sur l’expertise étrangère. Créée en 2010, cette entreprise emploie, aujourd’hui, 82 personnes.

QUELLE EST LA PARTICULARITÉ DONT PEUT SE PRÉVALOIR ECO FERMETURES ?
Tout d’abord, je tiens à relever que nous sommes fabricant de toutes solutions de menuiserie, notamment les façades, les verrières, les pergolas, les portails, le double vitrage avec argon et le vitrage feuilleté. Nous nous sommes, depuis quelques années, fixé comme objectif, celui de travailler sur un standard de produits à haute performance en termes d’isolation et de qualité.
Pour ce faire, nous nous appuyons sur l’expertise étrangère en ce qui concerne les intrants que nous utilisons pour nos produits.
Nos partenaires sont leaders dans leur domaine sur le marché européen. Il s’agit de Sipar, Somfy, Profilmar, Zurfluh-Feller, Veka, Covadis, Profils, etc. Dans cet élan productif, nous avons, ainsi, incité les pouvoirs publics à inscrire sur la liste des produits interdits à l’importation, toute la menuiserie finie, soit les portes, les fenêtres et les façades importées d’Europe.

VOTRE PRODUCTION S’ÉLÈVE À COMBIEN ? ET EST-CE VOUS ARRIVEZ À SATISFAIRE LA DEMANDE LÀ OÙ VOUS ÊTES DÉPLOYÉ ?
Eco Fermetures produit près d’une cinquantaine de fenêtr es par jour. Nous sommes act ifs, outre dans la wilaya où nous siégeons, mais aussi à Alger, Sétif, Annaba, Constantine, Oran et Tlemcen. Le plus gr os de notre chiffre d’affaires est réalisé dans la capitale. Nous intervenons, faut-il le pr éciser, à la demande. En vérité, nos ambitions sont grandes, mais nous appréhendons l’avenir, du fait que le profilé d’aluminium sera surtaxé. Une décision qui contribuera, comme nous le redoutons, à freiner l’investissement.

QUELLE EST VOTRE PART DE MARCHÉ ?
Comme vous le savez, il est tr ès difficile d’avoir des statistiques en Algérie. Notre souci principal est plutôt d’avoir un segment de qualité, et, surtout, de fidéliser une clientèle diversifiée, qui compte aussi bien les représentants des secteurs de l’immobilier que le résidentiel, l’hôtelier et l’industriel. Aussi, notre but est de nous agrandir en termes de visibilité.

LE SEGMENT EXPORT FAIT-IL PARTIE DE VOS PRIORITÉS DE L’HEURE ?
Je pense qu’il faut avoir la tête froide, car il nous faut, avant tout, une très bonne logistique pour exporter. Au préalable, nous devons nous organiser chez nous, notamment et ce, en nous conformant aux normes adéquates, afin de pouvoir affronter les autres marchés.
Nous demeurons réalistes. Et je vous le d is, l’exportation ne nous fait pas peur. Nous sommes capables de le faire et nous avions déjà été sollicités. L’offre est venue d’un ambassadeur de pays africain, il nous a pr oposé de prendre en charge des constructions en Afrique, par ce qu’il a justement relevé la bonne qualité de nos produits. Et je tiens à le répéter encore une fois, ce n’est pas le volet qualité qui nous fait craindre, mais ce sont plutôt les volets logistique et réglementation qui nous freinent un peu dans notre élan.

UN DERNIER MOT.
Je tiens à préciser que la réussite est une valeur ajoutée positive. La plus grande réussite c’est celle que l’on partage avec les autres, non celle que l’on garde pour soi. Organiser le métier demeure mon voeu. Fabricant, installateur, chacun dans son métier.
L’exportation ne nous fait pas peur. Nous sommes capables de le faire et nous avions déjà été sollicités.

INTERVIEW REALISEE PAR ZOHEIR ZAID

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page