Ali Haïdar El Nadjar, P-DG DE ELECT.M<br />«Nous supervisons à distance nos installations»

Ali Haïdar El Nadjar, P-DG DE ELECT.M
«Nous supervisons à distance nos installations»

Elect.M n’est pas qu’une société spécialisée dans l’importation et la commercialisation de groupes électrogènes. L’entreprise a commencé son activité avec la distribution de groupes électrogènes, mais en 2018, elle a changé de statut et s’est lancée dans la production. Elect.M assure le service après-vente pour ses équipements et intervient aussi pour les entretenir ou les réparer en cas de panne. Mais pas par n’importe quelle procédure. Chez Elect.M, les interventions et la maintenance des groupes électrogènes se font à distance et à n’importe quel moment et ce, grâce au centre de supervision à travers lequel l’entreprise se démarque de ses concurrents dans le domaine de la maintenance des groupes électrogènes en proposant une solution unique en Afrique.

INTERVIEW REALISEE PAR NASSIMA BENSALEM

VOUS ÊTES À LA TÊTE DE ELECT.M, UNE JEUNE ENTREPRISE CRÉÉE EN 2005 ET SPÉCIALISÉE DANS LA PRODUCTION DE GROUPES ÉLECTROGÈNES. COMMENT VOUS EST VENUE L’IDÉE D’OPTER POUR CE DOMAINE ?
8M7A9040-sideElect. M n’est pas vraiment une jeune entreprise, sa création revient à l’année de 2005 où elle était une petite startup spécialisée dans le domaine de maintenance des groupes électrogènes avant que cette activité n’évolue en passant de la maintenance et le négoce vers l’industrie et le service aprèsvente.
Quant à l’idée, cela concerne beaucoup plus ma volonté et mon ambition de faire une affaire industrielle. Bien évidemment, je n’avais pas à l’époque les ressources financières nécessaires pour me lancer, donc j’estimais créer une startup dans le domaine de maintenance des équipements industriels (groupes électrogènes) me permettrait de rester proche du monde de l’industrie, et me faciliterait la compréhension des différentes problématiques de business des industriels. Je tiens également à vous préciser que je suis diplômé en finance et que je n’ai rien avoir avec le domaine des affaires, j’ai commencé ma carrière professionnelle dans le domaine pharmaceutique, un domaine qui n’est pas du tout le mien. Par la suite j’ai rejoint une entreprise qui justement fait dans les groupesélectrogènes, mais j’y suis resté seulement 7 mois. J’ai quitté cette entreprise pour créer ma propre société à savoir Elect.M, spécialisée dans la commercialisation de groupes électrogènes, et ce en 2005. A cette époque, le besoin en maintenance lié à cet outil était important, chose qui m’a poussé à m’engager dans cette expérience. Les débuts étaient difficiles, mais nous avons pris les choses en main en nous basant sur la qualité, à travers laquelle nous avons réussi à fidéliser nos clients. Dans un premier temps, nous nous sommes spécialisés dans la maintenance et le service après-vente. Nous avons, par la suite, développé notre activité en assurant la distribution de groupes électrogènes de marques présentes localement, mais nous étions limités par les coûts. Nous avons ainsi décidé de nous lancer carrément dans l’importation de groupes électrogènes et de pièces de rechange à partir de 2012. Nos fournisseurs étaient essentiellement des fabricants européens, nous avons toujours misé sur la qualité et les nouveautés en termes de produits afin de pouvoir nous distinguer des autres importateurs, tout en assurant le service après-vente qui est le nerf névralgique de notre entreprise. D’ailleurs, 60 % de nos employés sont des techniciens qualifiés. La particularité de Elect.M est que c’est nous qui choisissons nos fournisseurs. Il faut savoir aussi que notre entreprise a été créée sur fonds propres avec un capital de l’ordre de 100 000 dinars. En janvier 2018, nous nous sommes lancés carrément dans la fabrication de groupes électrogènes après avoir acquis les connaissances et le savoir-faire de nos fournisseurs leaders sur le marché européens.
DONNEZ-NOUS UN APERÇU SUR VOS PRODUITS, LEURS PARTICULARITÉS…
Notre produit phare est le groupe électrogène. Grâce à notre savoir faire, nous proposons des produits avec un taux d’intégration de plus de 30 %. Aujourd’hui, nous importons le moteur, la génératrice, l’inverseur et la carte de commande ; il s’agit de pièces composantes que nous ne pouvons pas actuellement fabriquer parce que cela requiert des investissements colossaux.
Le reste de la composition du groupe électrogène, à savoir le châssis, le câblage, le capotage sont fabriqués par Elect. M. En termes de service, nous assurons toujours la maintenance curative et préventive et termes de solution. Je peux vous dire que nous sommes la seule entreprise qui propose une maintenance intelligente de groupes électrogènes avec notre partenaire anglais DeepSea Electronics qui est leader mondial et fournisseur numéro un de la carte de commande. Nous offrons à nos clients un package complet, allant du devis principal pour déterminer la puissance jusqu’à la mise en service et la maintenance périodique du groupe électrogène.
VOUS AVEZ MIS EN PLACE UN SERVICE TRÈS PERFORMANT, À SAVOIR UN CENTRE DE SUPERVISION DES INSTALLATIONS. EN QUOI CONSISTE EXACTEMENT CE CENTRE ET QUEL EST SON RÔLE ?
La solution offerte par notre centre de supervision existait déjà chez nos fournisseurs, mais nous n’avions pu l’exploiter qu’en 2013, à l’arrivée de la 3G en Algérie. C’est un service lié exclusivement la connexion internet. Les groupes électrogènes sont des équipements stationnaires ; donc, cette technologie nous permet d’avoir une information en instantané et surtout à distance de toutes nos installations, même celles qui sont installées en plein milieu du désert. Il s’agit d’une nouvelle technologie et nous sommes les seuls en Algérie à posséder ce centre de supervision, voire les seuls en Afrique. Avec cette solution, un simple opérateur peut diagnostiquer un groupe électrogène en quelques secondes. Les informations sont transmises instantanément depuis les groupes électrogènes vers ce centre de supervision pour ensuite interagir sur les pannes, ce qui se traduit par une diminution des visites sur sites et entraîne par conséquent, une réduction des coûts d’exploitation et de maintenance, mais aussi un gain de temps énorme. Ce système doté de la géolocalisation permet aussi de localiser le groupe électrogène installé dans tel ou tel chantier et même ceux qui ont été volés. Nous pouvons aussi contrôler le groupe à distance, autrement dit, le mettre en marche ou l’éteindre à distance.
Pour tous ses exploits, nous avons été félicités par notre fournisseur DeepSea, il faut aussi savoir que certes, cette technologie a été importée, mais le logiciel qui fait tourner ce système a été élaboré par une équipe de jeunes ingénieurs algériens. Il en est de même pour la gestion de ce système qui est assuré à 100 % par une équipe algérienne : de jeunes universitaires ont mis en place cette application qui permet de contrôler, manipuler, diagnostiquer instantanément jusqu’à 5000 groupes électrogènes.
QUELS SONT LES TYPES DE GROUPES ÉLECTROGÈNES QUE VOUS COMMERCIALISEZ ?
Nous sommes sur deux types, le type standard qui représente 90 % des groupes électrogènes fournis en Algérie. Le second modèle que nous avons nouvellement mis en place est destiné au secteur de la télécommunication. C’est vous dire que nous avons atteint un niveau technique très performant en offrant des solutions qui répondent aux besoins du client.
VOUS AMBITIONNEZ DE REALISER UNE NOUVELLE USINE DE MONTAGE ET D’ASSEMBLAGE DES GROUPES ÉLECTROGÈNES EN PARTENARIAT AVEC UNE ENTREPRISE ITALIENNE. OÙ EN ÊTES-VOUS AVEC CE PROJET ?
Effectivement, le projet est toujours en cours de concrétisation. L’année précédente, nous avons lancé les essais, et nous avons pu assembler plus de 70 groupes électrogènes. Nous avons quelques difficultés liées à l’accès au foncier, surtout que nous voulons installer cette usine de montage sur Alger. Notre partenaire italien est notre fournisseur principal qui continue à nous doter de la matière première et nous, nous élaborons le reste.
VOUS ÊTES FACE À UNE CONCURRENCE RUDE. COMMENT ARRIVEZ-VOUS À VOUS DISTINGUER DES AUTRES FABRICANTS ?
En effet, la concurrence dans le marché algérien de groupes électrogènes est très rude. Mais, avec un taux d’intégration de l’ordre de 30 %, une qualité irréprochable de produits, ainsi qu’un savoir-faire dans la gestion et l’innovation technique, nous nous considérons comme étant la seule entreprise qui peut assurer un service de A à Z. Par aileurs, nous nous tenons constamment à l’écoute des clients et leurs besoins, ainsi nous offrons un produit clé en main avec une assistance après-vente. C’est ce qui, à mon sens, nous distingue de nos concurrents. Nous offrons un produit clé en main avec une assistance après-vente. Sur le plan du savoir-faire, nous sommes très avancés et cela nous permet de nous distinguer des autres.
AVEC PRÈS D’UNE ANNÉE D’EXERCICE, AVEZ-VOUS RÉALISÉ DES PERFORMANCES ?
PEUT-ON CONNAÎTRE LE CHIFFRE D’AFFAIRES RÉALISÉ EN 2018 ?
Oui, évidemment. Durant le deuxième semestre de l’année précédente, nous avons pu signer de gros contrats de fourniture d’un nombre important de groupes électrogènes, plus que nous en avons vendu depuis 2005. Notre chiffre d’affaires est en constante évolution depuis 2015, il augmente en moyenne de 40 % chaque année.
QUELLES SONT VOS CAPACITÉS DE PRODUCTION ?
En 2018, nous avons produit 70 groupes électrogènes de type standard, mais avec les contrats que nous avons signés, nous allons atteindre une moyenne de 250 unités produites chaque année.
VOS PRODUITS SONT DESTINÉS AU SECTEUR INDUSTRIEL. QUI SONT VOS CLIENTS ?
Oui, nous travaillons principalement avec le secteur industriel. Nous fournissons donc nos groupes électrogènes aux entreprises qui activent dans le domaine pétrolier, les télécommunications, en plus tout ce qui est administration, hôpitaux, banques… Ceux sont les principaux clients de Elect.M.
AVEZ-VOUS RENCONTRÉ DES DIFFICULTÉS POUR LANCER VOTRE PROJET ?
Les entraves et les difficultés font partie de notre quotidien, que ce soit d’ordre financier, managérial ou autre… Le plus difficile pour une PME comme la nôtre est le développement, mais aussi l’accès au financement.
ENVISAGERIEZ-VOUS DE VOUS VOUS LANCER DANS L’EXPORTATION ?
C’est notre but, nous allons forcément aller vers l’exportation. Si toutes les conditions seront réunies, nous nous lancerons dans l’exportation durant l’année en cours. Nous envisageons, non seulement d’exporter nos produits, mais aussi notre technologie liée au centre de supervision à distance que nous pouvons contrôler à partir de l’Algérie. Concernant les pays que nous comptons cibler, ce sont le Sénégal et la Côte d’Ivoire où nous avons fait déjà une prospection.
QUELLES SONT VOS PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT ?
Nos perspectives de développement portent essentiellement sur d’une part, l’augmentation de la production et d’autre part, exporter notre produit et notre savoir-faire.
Nous allons lancer également un plan de formation, afin d’être au diapason avec notre stratégie de développement qui est déjà mise en place.
QUELLE EST VOTRE JOURNÉE TYPE ?
Habituellement, ma journée de travail commence au bureau à 8 h 30. L’avant-midi est réservé beaucoup plus pour les priorités (sujets techniques, livraisons, banques, déplacement, etc.). Après la pause, soit à 13 h 30, je consacre mon temps pour les réunions internes, la lecture des courriels et la visioconférence avec les partenaires.

Elect.M participera au Salon Middle East Electricity de Dubai

«La vision d’Elect.M est justement de participer à des Salons et foires, notamment à l’étranger, c’est une occasion pour nous de présenter nos produits et notre savoir-faire. Prochainement, nous allons exposer nos groupes électrogènes lors d’un événement incontournable, à savoir le Salon Middle East Electricity qui se tiendra du 2 au 4 mars à Dubai. Il s’agit de la plus importante exposition d’énergie et d’électricité de par le monde.
Elle réunira les leaders du marché de l’électricité, que ce soit des fabricants ou des fournisseurs ou encore des distributeurs. Pour notre part, nous allons participer, afin de démonter à nos clients et nos fournisseurs que nous nous sommes développés et que nous avons changé de statut, nous sommes passés de distributeur à producteur. Nous allons exposer notre technologie liée au centre de supervision à distance, mais aussi un prototype de groupe électrogène algérien pour montrer aussi que notre vision est large. Nous ne voulons pas nous contenter du marché algérien, mais nous ciblerons d’autres marchés, notamment celui africain. Nous souhaiterions ainsi, rencontrer des clients étrangers, afin de pouvoir nouer des partenariats», dira le patron
de Elect.M.

EN CHIFFRES
60 % de nos employés sont des techniciens qualifiés.
Notre chiffre d’affaires augmente chaque année de 40%.
Nous allons atteindre une capacité de production de 250 unités par an.

Du tac au tac8M7A9031-side

Vos loisirs
Voyage et lecture
Votre astuce antistress
Sport et rester en famille
Votre plat algérien préféré
Couscous
Votre sport préféré
Football
Votre destination de voyage préférée
Barcelone

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page