2e édition du Salon international de l’art culinaire<br />Véritable carrefour de produits typiques

2e édition du Salon international de l’art culinaire
Véritable carrefour de produits typiques

La 2e édition du Salon international de l’art culinaire (SIAC) a connu une affluence remarquable avec pas moins de 5000 visiteurs par jour. L’événement confirme cette année encore sa position de Salon de référence dans le monde de la gastronomie.

PAR NASSIMA BENARAB

IMG_3567-sideIMG_3534-side

 

Placée sous l’égide du minis­tère du Tourisme et de l ’Artisa­nat, la 2e édition du SIAC qui s’est tenue du 31 octobr e au 4 octobre 2018 au Palais des ex ­positions-Pins Maritimes (Safex) a regroupé 30 participants na­tionaux de différents domaines. Le programme du Salon s’est articulé autour des cuisines du monde, de cook-shows et de compétitions entre grands chefs. Sous le t hème ‘’Village des saveurs’’, les organisa­teurs du cette manifestations ambitionnent d’en faire un rendez-vous annuel incontournable pour les professionnels, mais aussi pour les particuliers. Les consommateurs ont pu dé ­couvrir de plus près le monde de la cuisine et de l ’agroalimentaire et les coulisses de la nourriture qu’il consomme.

Djamel El Habbas,commissaire du SIAC

«Nous visons à valoriser notre gastronomie»IMG_3573-side

La gastronomie algérienne esr appelée à trouver sa place au niveau mondial et ce, grâce à un travail collectif qui consiste à valoriser notre culture culinaire, estime dans cet entretien Djamel El Habbas, commissaire du SIAC.

QUELLES SONT LES NOUVEAUTÉS POUR CETTE 2E ÉDITION DU SIAC ?

Pour cette seconde édition, nous avons regroupé plusieurs écoles de formation spécialisées en hôtellerie et restauration. La formation reste primordiale pour ce genre d’activité connue pour ces exigences. Nous avons introduit plusieurs nouveautés et un programme innovant et très riche qui vise à assurer la bonne ambiance et la satisfaction à la fois des exposants et des visiteurs. Comme de coutume, nous avons organisé des expositions commerciales au profit du grand public, afin qu’il puisse découvrir les services ainsi que les produits proposés par les participants qui activent dans nombre de domaines, tels les industriels, les fournisseurs et les prestataires du monde culinaire, agroalimentaire et gastronomique. Nous avons organisé également des concours de chefs cuisinier.

QUEL EST LE NOMBRE DE VISITEURS QUE VOUS AVEZ REÇUS ?

Nous avons enregistré une moyenne de 5000 visiteurs par jour, une augmentation assez importante par rapport à l’année précédente. Notre but, à travers l’organisation d’un tel Salon, est de promouvoir l’image de l’Algérie, à travers sa gastronomie, aussi bien pour les étrangers que les nationaux.

A VOTRE AVIS, POURQUOI LA GASTRONOMIE ALGÉRIENNE N’ARRIVE PAS À SE FRAYER UNE PLACE À L’ÉCHELLE MONDIALE ?

Valoriser la gastronomie algérienne est une affaire collective. En Algérie, nous sommes restés dans le traditionnel alors que la gastronomie demande de l’innovation. Je pense que les premiers ambassadeurs, ce sont les chefs cuisiniers qui doivent travailler et innover pour que notre cuisine soit connue mondialement.

Idir Mahmmoud,gérant de Freshka Pasta

IMG_3539-side«Nos produits sont 100% bio»

«Nous sommes une petite entreprise qui a été créée dans le cadre de l’Ansej. Nous sommes spécialisés dans la fabrication des pâtes fraîches. Depuis plus d’une année, nous avons commencé à distribuer nos produits dans la wilaya d’Alger. Nos produits sont 100% bio, et nous avons une diverse gamme de produits qui répondent à tous les goûts. L’objectif de notre participation est de faire connaissance avec les professionnels présents, ici, mais aussi de faire connaître nos produits au grand public.»

Kheira Chaib Bouras,gérante de Bon goûtIMG_3553-side

«Notre valeur c’est la qualité»

«Bon goût est une marque de confiture bio artisanale. Nous avons plus d’une quinzaine de produits. Des confitures à base de fruits et légumes. Note valeur c’est la qualité. Le Salon est une occasion pour me faire connaitre auprès des chefs cuisiniers et d’autres clients comme les hôteliers et les restaurateurs.»

 

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page