RIAD SAHNOUNE INVESTISSEUR À SKIKDA «J’ai lancé le concept architecture de vacances»

RIAD SAHNOUNE INVESTISSEUR À SKIKDA «J’ai lancé le concept architecture de vacances»

Initiateurd’une nouvelle conception à Skikda, intitulée ‘’Architecture de vacances’’, via un projet de réalisation de 155 logements semi-collectifs et de 27 villas, Riad Sahnoune est un investisseur basé à Skikda et dont les ambitions et la vision prospective dépassent la territorialité qui l’enserre. Riad Sahnoune est un architecte de formation et initialement dans la vie professionnelle, un promoteur immobilier. Il collectionne les titres de président du Bureau de Skikda de la Confédération algérienne du patronat (Cap) et membre du Bureau national, membre du Conseil d’administration de la Cacobath-Alger, vice-président de la Bourse de sous-traitance de l’Est, ex-membre du Conseil national consultatif PME/PMI), ainsi que New leader tomorow (Jeune leader du futur) Crans Montana, depuis 2011.
INTERVIEW REALISEE PAR ZOHEIR ZAID

Du tac au tac

homme_du_mois

UN RÊVE ?
Donner une nouvelle identité architecturale aux constructions de mon pays
UN LIVRE ?
Mémoires d’un architecte de Fernand Pouillon
UN VOYAGE ?
Mexique
UN PLAT ?
Pâtes aux fruits de mer
HOBBY ?
Lectures et voyages
CLUB SPORTIF PRÉFÉRÉ ?
Real Madrid

POUVEZ-VOUS VOUS PRÉSENTER À NOS LECTEURS ?
Je suis Riad Sahnoune, promoteur immobilier de Skikda et tout récemment, je me suis orienté vers l’investissement dans le secteur
du tourisme. Ma scolarité, je l’ai passée à Skikda, de 1973 à 1988, date à laquelle j’ai obtenu mon baccalauréat mathématique. Ensuite, j’ai avec succès été admis à l’Ecole d’architecture et d’urbanisme de Constantine, où j’y ai passé cinq ans.
Après avoir passé mon Service national (1994/1996), j’ai commencé à amorcer les possibilités d’entamer ma carrière professionnelle. C’est ce qui fut réalisé, trois mois plus tard, ou comme presque tout Algérien rêveur, architecte particulièrement, j’ai mis en place, avec un groupe d’amis, un cabinet d’architecture.
Simultanément aux missions de bureau d’études, celle d’entrepreneur en bâtiment a connu ses débuts et qui s’est soldée, en 2002, par la création de ma société de promotion immobilière, Néo-Medina. A l’échelle internationale, je mène aussi des études en collaboration avec un bureau d’études tunisien, Archi-Handassa. J’ai, évolution professionnelle oblige, décroché, notamment, des diplômes en management et en efficience énergétique dans le bâtiment avec la société allemande GTZ, en Tunisie.

DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE VERS LE TOURISME ? QUELLE EST LA MOTIVATION DE CE CHANGEMENT DE CAP ?
Nous avons toujours vécu dans une région du littoral qui s’étend sur 140 km de côtes. Durant toute ma jeunesse, bercée par d’innombrables voyages de détente et de loisirs et après avoir embrassé ma carrière professionnelle, des voyages d’affaires et des missions économiques, j’ai eu la chance de toujours côtoyer la Grande bleue.
Notamment à Skikda, bien sûr. Celle-ci, faut-il le préciser, a été gâtée par des potentialités touristiques indéniables.
En dépit de cela, beaucoup d’insuffisances restent à combler, notamment en matière d’infrastructures d’hébergement. D’ailleurs, mon projet verse dans cet objectif. Ne serait-ce là, que gratifier Skikda du titre de ‘’Ville méditerranéenne’’ par excellence. Pour
le bien commun de ma ville, de ma wilaya et de mon pays, l’Algérie.
POUVEZ-VOUS ÊTRE PLUS EXPLICITE EN CE QUI CONCERNE LE CONCEPT ‘’ARCHITECTURE DE VACANCES’’ ?
De prime abord, il faut souligner que mon objectif était d’aller vers une nouvelle conception, qui allie confort et habitation en intégrant l’aspect touristique. C’est qui revient à dire : sortir de la réalisation du logement collectif et se diriger vers d’autres types d’habitat. Depuis 20 ans, l’Algérien a subi une métamorphose dans la conception de son vécu, dictée par une hausse du niveau de vie, générée par une meilleure rémunération salariale et un rendement plus ample dans la vie commerciale et économique. Ainsi donc, j’ai opté pour le concept ‘’Architecture de vacances’’, en guise de s’adapter à cette tendance haussière. Le concept consiste en la réalisation de petits immeubles, de petits pavillons de 3 et 4 étages, composés de façade où il y a plus d’ouverture que de maçonnerie, contrairement aux structures conventionnelles. Les couleurs sombres, marron et beige, ont été délaissées au profit des couleurs touristiques, plus vivantes tels le bleu et le blanc. L’’’Architecture de vacances’’ prône aussi la prédominance de l’aspect loisirs, occupant un taux de 70 % contre 30 % destiné au bâti. A l’intérieur, vous avez l’impression d’être dans un village plutôt que dans une résidence, alors que vous êtes au sein de la seconde citée. Donc, les résidents ont droit à des espaces verts et des aires de jeux. Nous y avons intégré, entre autres, une piscine, un restaurant, un fast-food, une salle de jeux, un Spa (centre d’hydrothérapie), un hammam, un centre de détente, une crèche et un petit centre commercial à la taille de la résidence. Le projet est perché sur les hauteurs sud de la ville, au niveau de la zone de Boulekroud, au quartier paysager ‘’Les Cascades’’, et compte
155 logements de type semi-collectif et de 27 villas. Des F4, des F5 et des F6.
PRÉVOYEZ-VOUS D’AUTRES PROJETS À SKIKDA ?
Le projet, à mon sens, qui mérite d’être mis en relief, c’est un projet qui sera implanté à Bordj Hmam, sur les hauteurs de la ville, surplombant la Place-des-Martyrs ou Bab Qcentina. Il a été baptisé ‘’La Falaise’’. Nous avons l’acte de terrain et actuellement, nous
sommes en phase de finaliser les études de béton qui seront lancées en moins d’une année. Le projet compte 160 logements, un centre commercial et un centre administratif. Dans le jargon technico-architectural, c’est un centre multifonctionnel, comportant
l’habitation, le business et le commerce. Il s’agit d’un autre type de construction en vogue en ce moment.

EN TANT QU’OPÉRATEUR ÉCONOMIQUE, NOUS RELEVONS QUE VOUS ÊTES BIEN IMPLIQUÉ DANS LES ACTIONS VISANT LE DÉVELOPPEMENT LOCAL. ET PAS SEULEMENT EN TOURISME ET EN PROMOTION IMMOBILIÈRE. POUVEZ-VOUS NOUS EN PARLER DAVANTAGE ?
Effectivement, cela est, particulièrement, dicté par ma formation d’architecte et de ma passion de ne pas rester spectateur devant tout ce qui bouge. Mes 22 ans de carrière et mon statut de président du bureau de Skikda de la CAP, devraient, donc, être mis à profit au bénéfice de ma communauté.
D’où ma participation aux travaux de la cellule de réflexion, mise en place par le wali de Skikda, et dont l’objectif est de trouver remède aux maux de la ville. La ville est comme une être humain, elle à ses maladies. Celles spécifiques à Skikda sont, entre autres,
l’étouffement, la densité urbaine, la paralysie de la circulation… D’où, l’urgence d’aller vers l’aménagement d’un nouveau pôle urbain, visant à désengorger l’actuelle agglomération.
Une esquisse y afférente sera finalisée dans les quelques mois qui viennent.
Dans le cadre des activités de la CAP, nous avons organisé des journées d’étude, des portes ouvertes et des séminaires, traitant de divers sujets se rapportant, d’une manière générale, au développement local. A notre actif aussi, nous avons des actions caritatives au profit de larges pans de la société civile, dans les domaines sportif, culturel, social, etc.
D’AUTRES PARTICIPATIONS À L’ÉCHELLE NATIONALE ET INTERNATIONALE…
Oui, j’en ai à profusion. Je citerais non exhaustivement, en premier lieu, les événements initiés par le Bureau national de la CAP, ou ceux auxquels elle y a participé, dont la Tripartite.
Egalement, dans mon agenda, des séminaires et des colloques, notamment, le 1er Forum de l’Union maghrébine économique (UME), à Alger, en 2009. J’ai également pris part à des rencontres avec les représentations des ambassades en Algérie, à l’accueil des délégations économiques étrangères dans le cadre de la coopération et des échanges, et à diverses séances de travail avec les
ministères. A l’échelle internationale, j’ai apporté mon grain de sel au Programme Invest In Med, avec l’Union européenne (UE), qui s’est tenue à Varsovie, en Pologne, en 2009, et aussi, au Programme Futurallia, avec la Bourse de sous-traitance de l’Est, dont les importantes escales sont : l’Inde, le Canada, le Mexique et la France, de 2012 à ce jour. En 2015, en tant que représentant de la CAP, j’ai pris part au Forum de la Commission économique pour l’Afrique-Organisation des Nations-unies (CEA-ONU), sur le thème ‘’Zones de libre-échange en Afrique’’, tenu à Rabat au Maroc.
Mais, ma contribution la plus marquée demeure, à mon goût, celle que j’ai réalisée en tant que New leader tomorow Crans Montana, dans plusieurs séminaires et rencontres du Forum de Crans Montana, à Bruxelles (Belgique), Genève (Suisse) etBakou (Azerbaïdjan).
VOTRE DERNIER MOT…
Mon voeu le plus cher demeure d’atteindre un dynamisme économique qui fera hisser l’Algérie au rang des grandes Nations. Et
cela est du domaine du possible, pourvu que les acteurs (politiques, élus, opérateurs économiques, journalistes, associations) raccordent leurs violons, d’une manière réfléchie et scientifique, au profit de l’intérêt suprême du pays.

MON OBJECTIF ÉTAIT D’ALLER VERS UNE NOUVELLE CONCEPTION, QUI ALLIE CONFORT ET HABITATION EN INTÉGRANT L’ASPECT TOURISTIQUE.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page