Trophée Export 2017 Une incitation à persévérer dans l’export

Trophée Export 2017 Une incitation à persévérer dans l’export

Chaque année, le meilleur chef d’entreprise exportateur hors hydrocarbures est récompensé pour les exploits réalisés. Pour cette 15e édition, le trophée de la meilleure entreprise algérienne exportatrice en 2017 a été décerné à la Sarl Boublenza spécialisée dans l’exportation de la poudre de caroube.
Par Nassima Bensalem

Organisé annuellement, depuis 2003 par le World Trade Center Algiers (WTCA), ce prix récompense et met en avant les meilleures entreprises algériennes, particulièrement les PME, dans le domaine des exportations hors hydrocarbures. Les critères retenus par les membres du jury portent entre autres sur le chiffre d’affaires, la stratégie de s’intégrer dans les marchés internationaux, mais aussi la participation aux foires et salons à l’international. L’objectif de cette initiative est de développer le commerce extérieur, d’encourager l’innovation et promouvoir les entreprises. Pour cette 15e édition, le premier ministre Ahmed Ouyahia avait pris part ainsi que les ministres du Commerce Saïd Djellab, de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, ainsi que le président du Forum des chefs d’entreprise, Ali Haddad.

Chakib Boublenza, cogérant de l’entreprise Boublenza  «Nous avons relevé un grand défi»

IMG_3430

«Notre société, Sarl Boublenza, spécialisée depuis 1994 dans la transformation des graines de caroube en produits dérivés tels que la poudre de caroube et la pulpe de caroube, a exporté en 2017 vers une trentaine de pays sur les cinq continents. Nous avons relevé un grand défi, celui de réussir l’opération d’exportation de nos produits. Nous avons ainsi réalisé un montant d’exportation “très honorable”. L’entreprise Boublenza est le deuxième exportateur mondial de la poudre de caroube. Nous avons même importé du caroube afin qu’il soit transformé et réexporté. Je suis très fier de cette distinction, ce trophée permettra à l’entreprise d’aller de l’avant et de conquérir de nouveaux marchés. J’appelle dans ce sens les pouvoirs publics pour nous assister pour l’ouverture de représentations à l’étranger afin de nous permettre d’être plus proches de nos clients et d’obtenir de nouveaux marchés et de nouvelles opportunités de marché.»

Said Djellab, ministre du Commerce «Le rapport sur la stratégie des exportations est fin prêt»

Capture d’écran 2018-07-25 à 13.54.16

«Nous espérons recevoir au cours de cette année, le rapport définitif relatif à la stratégie nationale des exportations après trois sessions d’intenses travaux qui ont connu la participation de l’ensemble des parties prenantes, ce qui nous permettra de remettre au gouvernement une vision concertée sur cette question. Initiée par le département du commerce, en collaboration avec le Centre de commerce international à Genève, cette stratégie nationale quinquennale, qui entrera en vigueur début 2019 et s’étalera jusqu’à 2023, a pour objectif d’encourager et de diversifier les exportations hors hydrocarbures. Cette action primordiale permettra la diversification des exportations algériennes pour renforcer leur résilience et leur durabilité. Elle devra aussi renforcer les capacités et la qualité de gestion des entreprises orientées vers l’export, ainsi que l’encouragement du commerce extérieur et la création d’une plateforme logistique destinée à l’exportation. Certes, il reste beaucoup de choses à accomplir, à commencer par intensifier le volume et le nombre des exportations en agissant sur la diversification des produits exportables, ainsi que l’augmentation du nombre des opérateurs économiques versés dans l’activité d’exportation. Le ministère du Commerce a fixé trois principaux objectifs pour contribuer à la promotion des exportations hors hydrocarbures. Il s’agit d’abord de l’actualisation du cadre juridique et réglementaire régissant tous les aspects à l’export, la révision et l’élargissement du soutien au profit des opérateurs nationaux pour se conformer aux standards internationaux et répondre aux défis de la concurrence internationale, ainsi que le renforcement du cadre institutionnel pour le suivi et l’encouragement des exportations notamment, à travers l’amélioration des instruments d’appui au profit des entreprises exportatrices.»

Jean-Jacques Gauthier, P-DG de Lafarge Holcim Algérie  «Nous devons gagner la bataille d’exportation»

Capture d’écran 2018-07-25 à 13.53.45

«Cette distinction vient récompenser les efforts de toute une équipe qui a permis l’exportation du ciment. L’exportation dans l’industrie du ciment est plus que stratégique pour notre entreprise et pour le pays. Il s’agit aujourd’hui d’assurer des débouchés commerciaux face à la capacité importante de production pour pouvoir gagner la bataille de l’exportation avec le support appuyé des pouvoirs publics. Jusqu’en 2017, l’Algérie a été un importateur de ciment important autour de la Méditerranée, atteignant un record d’importation de 5,2 millions de tonnes en 2016. Face à ce constat, nous avons voulu gagner la première bataille, celle de satisfaire la demande nationale puis de mettre fin aux exportations, c’est chose faite, nous pouvons nous en réjouir. Entre 2012 et 2017, Lafarge Holcim Algérie a mis sur le marché national plus de 6 millions de tonnes de ciment. Aujourd’hui, notre défi est l’exportation que nous devons réaliser avec toutes les parties prenantes afin de positionner l’Algérie comme étant le champion d’exportation du ciment.»

Ahmed Ouyahia, Premier ministre  «Il faut entreprendre une politique d’exportation plus agressive»

Capture d’écran 2018-07-25 à 13.53.09

«La bataille de l’économie nationale est de conquérir des marchés à l’extérieur et le gouvernement s’engage à assurer le soutien des opérateurs économiques. L’Etat commencera dans quelques années à graduer le soutien à l’exportation selon la valeur ajoutée. Celui qui exporte un produit 100 % algérien bénéficiera du soutien le plus important. Celui qui fait de l’intégration bénéficiera d’un soutien à la hauteur de son taux d’intégration et celui qui fait du simple façonnage, aura accès à un bénéfice qui reflète le niveau de sa prévalue. Les fluctuations actuelles des prix des hydrocarbures et l’extinction irréversible des hydrocarbures en Algérie soulignent que le moment est venu plus que jamais de se libérer de plus en plus de l’économie de la rente. L’acte d’exportation hors hydrocarbure est devenu impératif. Quand je parle de perspectives prometteuses, j’ai tendance dans mes convictions personnelles à comparer mon pays à un géant qui ne met en valeur qu’une infime partie de ses capacités et c’est le besoin qui est en train de réveiller ce géant. L’exportation découle d’une production quantitativement suffisante et qualitativement de qualité. Les mesures de sauvegarde de l’économie nationale nous permettent de faire durer au maximum les réserves de changes du pays, mais offrent également le marché national aux opérateurs économiques nationaux pour gagner des parts à domicile et pour être plus forts à l’extérieur. Je vous invite ainsi à réfléchir à une politique plus agressive et d’une manière mieux organisée en matière d’approche des marchés étrangers. Il y a quelques années, nous avons commencé à sortir avec des produits agroalimentaires, suivis de produits électroménagers, nous en sommes aujourd’hui au ciment, nous y serons bientôt à la sidérurgie et d’autres produits, c’est important, mais il y a une grande part dans cette bataille qui est la vôtre. Il est recommandé de se diriger vers la communauté algérienne établie un peu partout dans le monde, qui peut être un relais pour la promotion des produits algériens et qui peuvent ouvrir des portes pour approcher des marchés extérieurs.»

Djamel Guidoum, vice-président de Iris Algérie  «Nous ciblons plusieurs marchés, notamment européens»

Capture d’écran 2018-07-25 à 11.52.39

«Nous avons obtenu le trophée d’encouragement dans le cadre de notre activité d’export. L’entreprise Iris existe depuis 13 ans, notre production est 100 % algérienne. Nous avons commencé en 2004, avec seulement une trentaine d’employés ; aujourd’hui, nous sommes plus de 3300 employés. Notre activité principale est l’électronique et prochainement nous allons lancer l’activité pneumatique, une première en Algérie. Nous nous sommes lancés timidement dans l’exportation en 2016 et en 2017, nous l’avons développé davantage et nous avons pu pénétrer au total six pays étrangers à savoir la Tunisie, le Maroc, la Libye, la Mauritanie, les Emirats arabes unis. Cela nous a permis de diversifier notre exportation vers l’Afrique, les pays du Maghreb et vers le Moyen-Orient. Actuellement, nous ciblons le marché européen, d’ailleurs, nous sommes en train de participer aux foires et Salons à l’étranger afin de s’enquérir des opportunités d’exportation de nos produits. Nous sommes en négociation avec des partenaires en Uruguay, en Amérique Latine et aux États-Unis d’Amérique et en Europe. Les principaux produits qui sont exportés sont les téléviseurs, les réfrigérateurs, les climatiseurs. Nous prévoyons de lancer l’exportation des téléphones mobiles. Notre orientation vers l’export est assez importante avec une vision large et de grands objectifs.»

Tahar Bennadji, directeur général de Brandt Algérie «Nous envisagerons d’exporter 50% de notre production» 

IMG_3472

«L’année passée, nous avons eu le premier trophée d’encouragement pour notre activité d’exportation qui a atteint en 2016 les 6 millions d’euros. En 2017, nos exportations ont été multipliées par cinq, nous avons exporté pour 30 millions d’euros. Aujourd’hui, nous continuons à investir les marchés à l’international. Nous exportons principalement en Europe, en Moyen-Orient, en Afrique et même en Asie. La voie de l’export est importante pour nous et nous y déployons tous nos efforts en investissant dans les études de marché, la recherche et le développement et dans la modernisation de l’outil de production. Notre première priorité est de satisfaire le marché local en proposant un produit de qualité par la suite, nous orientons l’excédent de production vers l’exportation. Aujourd’hui, nous avons une nouvelle usine de réfrigérateur qui est rentrée en production avec une capacité de 1 million de réfrigérateurs. 30 % à 40 % de cette production seront réservés au marché local, le reste sera destiné à l’exportation. Nous allons procéder de la même manière pour le lave-linge et d’autres investissements suivront pour le lave-vaisselle, le climatiseur et le téléviseur. Nous souhaiterions dédier minimum 50 % de notre production à l’export afin d’atteindre un volume de 1 milliard de dollars d’exportation. Actuellement, nous exportons le lave-linge et les cartes électroniques, à partir du mois de juillet, nous entamerons l’exportation du réfrigérateur. En somme, nous sommes entrain de diversifier et développer nos exportations d’une manière structurée.»

Capture d’écran 2018-07-26 à 14.42.15

Exportation hors hydrocarbures
Les meilleurs opérateurs récompensés
Le Trophée Export 2017 a été décerné par un jury présidé par le WTCA et composé de représentants de la Direction générale des douanes, de l’Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex), de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), du Forum des chefs d’entreprises (FCE) et de l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal). Lors de cet événement, plusieurs trophées ont été décernés. Le trophée spécial encouragement a été attribué à Lafarge-Holcim Algérie, spécialisée dans la production des matériaux de construction, en récompense à ses premières opérations d’exportations du ciment vers l’Afrique. Trois autres prix d’encouragement ont été également attribués à la Société IRIS, spécialisée dans la fabrication des produits électroniques et électroménagers, au complexe sidérurgique Sider d’El Hadjar à Annaba, ainsi qu’à la Sarl Linatol, spécialisée dans la fabrication des produits cosmétiques. Le prix de la meilleure institution est revenu à l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal) pour ses efforts accomplis au profit des exportateurs algériens, ainsi que pour la promotion des exportations nationales.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page