Activité culturelle de proximité à Alger centre  Inauguration du 1er théâtre communal

Activité culturelle de proximité à Alger centre Inauguration du 1er théâtre communal

 

Constatant le manque flagrant de structures culturelles au niveau de la capitale dont la jeunesse suffoque et n’aspire qu’à vivre, la commune d’Alger centre a décidé d’agir et cela, en inaugurant un nouvel espace artistique entièrement dédié au quatrième art qui commence à renouer des liens forts  avec le public algérien. Il s’agit du théâtre d’Alger centre.

Par Fares Mouffok

Une nouvelle vocation pour l’ex-Casino

Sis au 9, rue Larbi-Ben M’hidi, l’espace construit en 1910  a été initialement conçu pour être une salle de spectacle polyvalente qui a été transformée  au lendemain de l’Indépendance en une salle de cinéma, communément connue sous l’appellation du cinéma Casino. Abandonnée durant de longues années, la salle a bénéficié d’un lifting et a rouvert ses portes en 2013. Elle a été rebaptisée Cinéma Echabab. Cinq ans plus tard, la désormais ex-salle de cinéma a été entièrement réaménagée et transformée en un théâtre municipal d’une capacité de 500 places faisant ainsi le bonheur des passionnés des planches. Géré par l’office de promotion de la culture et des arts qui est un organe de l’APC d’Alger centre, le théâtre s’est vu attribuer  une enveloppe budgétaire de quatre millions de dinars qui ont été nécessaires pour l’acquisition d’un matériel flambant neuf, lui permettant ainsi d’offrir aux artistes les meilleures conditions de travail et présenter  des spectacles de qualité.

Les responsables de cet espace ont voulu taper fort en mettant à l’affiche une pièce théâtrale qui a fait sensation  lors de son premier passage à Alger, qui  n’est autre que La Source produite par le théâtre régional de Mostaganem, qui a raflé le prix spécial du jury lors de la 12e édition du Festival national de théâtre professionnel qui s’est tenue en décembre dernier. «En plus du théâtre expérimental que nous encourageons, nous accordons une très grande importance au théâtre populaire qui intéresse et draine le public. Ce dernier a longuement déserté les salles de théâtre. Pour recréer ces liens avec les spectateurs, il faut animer ce théâtre tout au long de l’année et non de manière occasionnelle», a fait savoir Hmida Layachi, auteur, dramaturge et membre du comité artistique du théâtre d’Alger centre.

En plus d’offrir un nouvel espace d’expression pour les artistes, ce dernier-né de la scène culturelle prévoit d’abriter des ateliers de formation de mise en scène, de techniques scéniques, d’écriture théâtrale, de scénographie et de chorégraphie. Aussi, les responsables de ce  théâtre se sont également engagés à ouvrir la porte aux coopératives et associations théâtrales de tous les pays. «Les coopératives et associations théâtrales font un travail colossal tout au long de l’année. Faute de moyens, certaines n’arrivent pas à avoir la visibilité escomptée. Nous allons ouvrir les portes aux coopératives avec le futur projet qu’est le festival du théâtre de coopération», a fait savoir M. Layachi.

Rencontrant un franc succès depuis son ouverture, le théâtre d’Alger centre affiche complet à chaque représentation théâtrale. Un fait qui conforte l’APC de cette commune dans ses choix et pousse ses responsables à investir davantage dans le secteur de la culture, délaissé dans la plupart des communes de la capitale. «Nous allons essayer de développer l’activité artistique sur l’ensemble de la commune Là où il y aura une opportunité, nous allons la saisir pour le bien-être de  la jeunesse. Notre mission ne se limite pas à l’état civil. Si nous avons été élus, c’est pour répondre à l’ensemble des besoins de la population locale», a fait savoir Laïd Mohamed Seddik, vice-président de l’APC d’Alger centre. C’est d’ailleurs dans ce sens que la commune a prévu de  constituer  prochainement deux troupes théâtrales, dont une pour adultes et une autre pour enfants.  Au-delà de ses objectifs ambitieux, le théâtre d’Alger centre  s’est, depuis son ouverture, distingué par une programmation de qualité qui séduit à chaque fois. Très soucieux de l’avis des spectateurs et citoyens de la commune, les responsables de cet espace lancent régulièrement des sondages auprès du public et essayent d’être toujours à l’écoute et disponible notamment, à travers les réseaux sociaux.

Un exemple pour les communes voisines

Ayant créé l’événement en donnant naissance au premier théâtre communal d’Alger, l’initiative de la commune a eu l’effet d’une gifle sur les responsables des communes de la capitale qui ne se sont jamais réellement souciés de l’activité culturelle. Il vous suffira d’ailleurs, de faire un tour à Alger pour constater l’important nombre de salles de cinéma et  de spectacles fermées ou abandonnées, au grand dam des citoyens nostalgiques d’une époque où la capitale respirait la culture. Marchant sur les pas de son homologue, Abdelhakim Bettache, le  président de l’APC de Sidi-M’hamed, Abdelhamid Benaldjia a décidé de faire bouger les choses en annonçant l’ouverture de la salle de cinéma l’Afrique pour ce mois de mars. Fermée depuis des années, la salle d’une capacité de 1400 places avait bénéficié d’une enveloppe budgétaire s’élevant à 30 milliards de centimes qui ont servi à sa rénovation, notamment l’achat des équipements sonores et d’un écran neuf. L’ouverture de la salle Afrique sera vite suivie de celle de la salle El Ouancharis, située dans la même commune. Une entreprise privée vient d’ailleurs d’obtenir le marché pour la restauration de cette salle dans un délai de dix huit mois.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page