LE MOUVEMENT CITOYEN IBTYKAR POUR RÉ-ENCHANTER L’AVENIR

LE MOUVEMENT CITOYEN IBTYKAR POUR RÉ-ENCHANTER L’AVENIR

Projet en gestation depuis déjà deux ans, le mouvement citoyen Ib tykar, qui se définit comme un champ de réflexion et
d’action a été présenté récemment au grand public par son initiateur, l’expert en économie, Sammy Oussedik. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Ibtykar est un mouvement qui rassemble des citoyens algériens, des universitaires, des étudiants ainsi que des représentants du mouvement associatif qui aspirent à un réel changement dans la société, non seulement, à travers la multiplication des espaces de réflexion, mais aussi, en agissant sur le terrain. Très attaché aux valeurs et l’éthique, Ibtykar prône une Algérie démocrate et appelle les citoyens à s’impliquer davantage dans l’amélioration de leur cadre de vie.
Par Fares Mouffok

Réflexion et action, deux notions indissociables

«L’initiative Ibtykar est le fruit d’un constat que beaucoup de nos concitoyens partagent, à savoir que la situation aujourd’hui est extrêmement complexe.
Nous allons rentrer dans une crise multidimensionnelle que notre histoire récente et contemporaine n’a jamais connue. Il s’agit d’une crise inédite sur laquelle il va falloir se réinventer en termes d’idées, d’actions et d’éthique», fait savoir Sammy Oussedik, initiateur du mouvement, en ajoutant que «le but d’Ibtykar est de se réunir, afin de pouvoir réfléchir ensemble et d’agir.
Nous voulons articuler l’action et la réflexion, car aujourd’hui, il faut se pencher sur le futur et tenter de redonner l’espoir aux Algériens pour un avenir
différent. En d’autres termes, il s’agit d’une plateforme transgénérationnelle, inclusive qui va regrouper des citoyens ainsi que des associations et
nous serons aussi en lien avec les partis politiques. Je dis bien en lien et non pas avec».
Concrètement, Ibtykar est un mouvement plus au moins ambitieux qui aspire à s’ancrer profondément dans la société et cela à travers des prises de parole, des appels à des actions de proximités, etc. «Chaque fois qu’il y aura un problème particulier, nous nous permettrons de prendre la parole, une parole citoyenne pour dire ce que nous pensons, mais émettre, aussi des propositions responsables. Aujourd’hui, la médiation politique est en
crise en Algérie, quant au mouvement associatif, il est dans une impasse, compte tenu des lois qui le régissent et l’empêchent de jouer son rôle à part entière», déplore Sammy Oussedik. «Nous ne sommes ni un think tank, ni un parti politique, nous sommes autre chose et nous nous situons ailleurs. Dans le marché de la réflexion, nous avons Nabni et Care qui sont deux think tanks, Ibtykar est là certes, pour réfléchir, mais surtout pour agir», précise notre interlocuteur. Conscient de l’importance de travailler ensemble, Sammy Oussedik a affirmé que l’adhésion à son mouvement
est ouverte à l’ensemble des Algériens, d’ici ou d’ailleurs. «Nous réfutons l’idée qu’il y ait, d’un côté la diaspora et de l’autre, les Algériens
d’Algérie, nous sommes tous Algériens. La réflexion peut être connectée, l’action également, mais il faut garder l’esprit qu’être sur le terrain
est une valeur ajoutée», a-t-il déclaré. S’agissant des défis auxquels devra faire face Ibtykar, Sammy Oussedik parle d’une situation inédite chez nous. «La crise financière en Algérie est le reflet d’une crise inédite, toutes les problématiques sont interconnectées. Par exemple, on ne peut évoquer l’économie sans parler de la justice, encore moins de l’éducation, donc, pour régler un problème, c’est toute la chaine qu’il va falloir traiter», préconise-t-il.

Faire du smartphone un outil citoyen

Constatant l’omniprésence des nouvelles technologies de l’information et communication dans notre vie de tous les jours, le mouvement Ibtykar n’a pas hésité une seconde à en faire bon usage et cela en créant une plateforme multimédia baptisée ‘‘Ta Citoyenneté’’. Il s’agit d’un outil multimédia
développé dans le but de faciliter aux jeunes et moins jeunes la pratique de l’action citoyenne. Prévu pour 2018, ce site sera équipé de trois
applications permettant une véritable interaction avec ce qui se passe près de chez soi et dans l’ensemble de la société. La première application, dénommée ‘‘L’Observatoire’’, offre aux citoyens la possibilité d’être informés sur l’état des chantiers de construction à l’arrêt ou bien leur taux d’avancement. Cela se fera par le biais de photographies ou vidéos des chantiers prises par les citoyens. «Une fois ces informations remontées
sur notre site, les membres de notre équipe auront pour mission d’agréger ces informations, les référencer, les vérifier et suivre l’évolution de ces projets», fait savoir Amina Afaf Chaïb, membre du conseil stratégique d’Ibtykar. S’agissant de la seconde application, baptisée ‘‘Le Parlementaire’’, elle servira de porte-voix des préoccupations de chaque citoyen algérien.
Ces préoccupations seront par la suite référencées et votées, afin de démontrer de manière transparente l’intérêt général au sein de la société.
Pour ‘‘Le Réseau’’, troisième et dernière application proposée par Ibtykar, tout comme son nom l’indique, elle a pour mission de mettre en relation
les initiateurs de projets démocratiques et citoyens.
Une manière de donner une meilleure visibilité à ces acteurs de la société, mais aussi d’encourager les gens à interagir avec les projets placés au coeur de leurs préoccupations.
Par ailleurs, et de par son recours aux NTIC, Ibtykar réussit ainsi à contourner pas mal d’obstacles qui peuvent entraver l’action citoyenne
et fait intervenir les gens en temps réel sur les véritables questions qui les interpellent.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page