IL SE DIVERSIFIE ET TOUCHE BEAUCOUP DE SECTEURS LE GROUPE AISSIOU, UNE ÉTOILE QUI MONTE

IL SE DIVERSIFIE ET TOUCHE BEAUCOUP DE SECTEURS LE GROUPE AISSIOU, UNE ÉTOILE QUI MONTE

Lorsqu’on le rencontre, il ne donne pas cette impression d’être un patron qui trône à la tête d’une entreprise qui,
malgré sa jeunesse, progresse à pas de géant. Ce jeune homme a l’air d’un jeune premier ; il est calme, posé.
Il s’exprime presque timidement. Il est tellement timide qu’on a du mal à lui arracher des «aveux». Nous sommes
pourtant dans un espace économique !
Par Nesma Aghiles

Lui, c’est Tayeb Aissiou. Ce
jeune patron trentenaire
fait partie de la nouvelle
génération de patrons algériens
qui veulent relever le défi. Il
ne peut être catalogué dans la
catégorie des hommes d’affaires
qui choisissent ou préfèrent la
facilité. Il a pris des chemins
sinueux même si, comme
beaucoup d’hommes de son âge,
le terrain était déjà tracé.
Destiné à une carrière
«académique» dès l’obtention de
son diplôme dans les affaires. Il
quitte, en 2005, Alger pour l’est
de la France. Il suit son instinct
et transporte «les affaires»
comme un viatique. Dans l’est de
la France, proche de la frontière
suisse, pays connu pour son
industrie de chocolat, notre jeune
patron fonde sa première société.
C’est là que Tayeb a compris que
sa vocation est à chercher dans
l’industrie du chocolat.
Dès 2011, Tayeb Aissiou s’engage
dans une opération d’importexport,
de la France vers des
pays européens, mais également

vers l’Algérie. Dans son pays,
il a compris vite qu’un couloir
est ouvert. Plus de 70% des
produits de chocolat et dérivés
proviennent de l’importation.
Pourquoi donc ne pas se lancer
dans la production.
Le pari est difficile. Mais comme
l’ensemble de la famille Aissiou,
Tayeb aime prendre des risques.
Il crée Wasly Production, en
2015. Située à Ouled-Fayet,
à 18 km de la capitale, cette
usine emploie aujourd’hui 154
salariés. Elle s’est agrandie pour
passer, en quelques semaines,
d’une capacité de production
de 10 à 20 tonnes de chocolat
par jour. Mais le pari est à venir.
Se sentant à l’étroit dans cette
banlieue d’Alger, le groupe
est en train de construire une
gigantesque usine à Blida. Elle
est 10 fois plus grande que celle
d’Ouled-Fayet. Elle va être la
suite logique de ce qui existe
déjà.
Le groupe familial, qui compte
également des investissements
dans l’immobilier, la fromagerie

et les médias – les Aissiou ont
racheté en 2015 la télévision
El-Djazaïria, première chaîne de
télévision algérienne à émettre
en 2012 – va offrir à l’Algérie et
à l’Afrique sa première usine de
lait en poudre. Actuellement, en
construction à Ain-Oussara dans
la wilaya de Djelfa, cette usine
permettra au pays de s’éloigner
de plus en plus de l’importation
de cette denrée première très
demandée chez nous. Pour cela,
le groupe Aissiou compte investir
également dans l’élevage de
vaches laitières et, bien sûr,
dans la collecte du lait cru
auprès d’éleveurs de la région.
Tous ces investissements
feront de Wasly un des leaders
nationaux dans le domaine de
la production, non seulement
des chocolats, mais également
des produits laitiers et dérivés.
Et ce n’est ni la volonté, ni
l’engagement qui manquent à
Tayeb Aissiou.

DÈS 2011, TAYEB AISSIOU S’ENGAGE DANS UNE OPÉRATION D’IMPORT-EXPORT, DE LA FRANCE VERS DES PAYS EUROPÉENS, MAIS ÉGALEMENT VERS L’ALGÉRIE.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page