COMMERCE VIRTUEL EN ROUTE VERS L’AVENIR

COMMERCE VIRTUEL EN ROUTE VERS L’AVENIR

Bien que le ser vice du e-paiement (paiement électronique) ait officiellement fait son entrée en Algérie depuis
quelques mois, le e-commerce, pour sa par t, peine à trouver sa place sur le marché algérien. Heureusement,
de nombr eux jeunes dynamiq ues ont décidé de franchir le pas et se sont lancés dans l’ aventure du
commerce vir tuel en dépit des nombr eux obstacles juridiq ues, mais aussi la r éticence des Algériens q ui ne se
sont pas encore familiarisés avec ce nouveau mode d’achat pour tant si pratique.
Par Fares Mouffok

Qu’est-ce que le e-commerce ?

Le commerce électronique n’est rien d’autre
qu’une transaction commerciale qui s’effectue
via une plateforme électronique. Le client
réalise sa commande via une vitrine virtuelle
et attend que la marchandise soit livrée par le
fournisseur. Le paiement peut se faire en ligne
via la carte de paiement électronique carte
CIB ou bien à la livraison. Sur ce point, de
nombreux consommateurs nous ont avoué avoir
une préférence pour le paiement cash, idem du
côté des fournisseurs. Parmi les avantages du
e-commerce, il permet un véritable gain de temps
pour les Algériens qui doivent ‘’jongler’’ entre
le travail, la maison et les embouteillages qui
n’en finissent pas. Aussi, il offre la possibilité au
consommateur d’accéder aux articles pas souvent
disponibles en boutique, c’est le cas des produits
importés.

Vide juridique

Malgré l’existence de nombreuses plateformes
d’achat sur le web, le gouvernement algérien
tarde à suivre la tendance et à mettre en place
des lois régissant ce secteur et qui régulent la
relation entre fournisseurs et consommateurs.
La ministre de la Poste et des Technologies de
l’information et de la communication, Mme Houda
Feraoun avait annoncé en octobre dernier qu’un projet de loi consacré au e-commerce serait
bientôt soumis au gouvernement. Des copies de
cet avant-projet de loi ont même été distribuées
à certains responsables de sites de vente en vue
de l’enrichir par leurs propositions. Toujours en
chantier, la loi relative au e- commerce devrait
être présentée à l’Assemblée populaire nationale
d’ici la fin de l’année. En attendant, les opérateurs
de sites de vente en ligne tentent, de leur part,
tant bien que mal de trouver un cadre légal pour
exister, a confié Meriem Toumi, responsable
commerciale chez Jumia. «Certes, il n’y a pas de
loi relative à ce genre d’activité, mais il suffit de
se rapprocher du Centre national du registre du
commerce pour se faire conseiller sur la formule
adéquate», a-t-elle fait savoir.

Succès auprès des consommateurs

De plus en plus nombreux à surfer sur le net,
les Algériens se laissent souvent tenter par le
e-commerce vu les nombreux avantages qu’il
propose. En plus de faire quelques courses,
certains sites et grâce à des partenariats avec des
restaurants et fast food, proposent de vous faire
livrer votre repas à domicile. Cependant, il reste
une grande partie des Algériens qui demeurent
sceptiques face au paiement en ligne. C’est le cas
de Nawel, jeune maman au foyer. «Avec un enfant
en bas âge, faire ses courses devient un véritable parcours du combattant. Donc, j’opte souvent
pour des sites de vente qui me livrent mes
commandes à domicile. Comme je ne fais pas très
confiance aux nouvelles technologies, je préfère
payer cash à la livraison», confie-t-elle.
Pratique et rapide, le e-commerce a de grandes
chances sur le marché algérien surtout avec
l’émergence d’une nouvelle génération ultra
connectée et à l’affût des dernières tendances.

Carte Edahabia Deux millions de cartes distribuées bientôt

Près de deux millions de cartes monétiques «Edahabia»
seront distribuées prochainement, ont annoncé les
responsables d’Algérie Poste. L’entreprise publique avait
déjà indiqué avoir commandé environ 5 millions de
cartes Edahabia. Dans ce sillage, Algérie Poste a invité ses
clients, qui n’ont pas encore commandé la nouvelle carte
«Edahabia», à enregistrer leur demande sur le site officiel
de l’entreprise, www.poste.dz, sur lequel le client trouvera
un formulaire électronique à remplir à travers le bureau
de poste virtuel (BaridiNet). Algérie Poste indique que le
remplacement des anciennes cartes s’effectuera de manière
progressive après le traitement de toutes les demandes
enregistrées au niveau de son site web. Contrairement à
la précédente carte monétique, quasi-exclusive de retrait
d’argent à hauteur maximum de 20 000 D A par jour, la
carte Edahabia offre la double fonction de retrait d’argent
et de paiement électronique. Avec Edahabia, le montant du
retrait d’argent peut se faire plusieurs fois jusqu’à la limite
de 50 000 DA par jour.

MERIEM TOUMI RESPONSABLE COMMERCIALE CHEZ JUMIA

Racontez-nous vos débuts
en Algérie…
Nous sommes les représentants
du Groupe Jumia qui a célébré
cette année ses cinq ans
d’existence. Nous sommes
présents en Algérie depuis
fin 2014, le début s’est fait
principalement avec trois à
quatre vendeurs, aujourd’hui,
nous avons atteint un taux de
60% de progression, que cela
soit sur la gamme des produits
proposés, le nombre de
partenaires, vendeurs ou par
rapport à notre développement
interne.
Vous proposez quel type
d’article au consommateur
algérien ?
Nous essayons d’offrir une
large gamme de produits pour
que le client puisse vraiment se
retrouver sur une plateforme
où il peut faire son shopping
de façon exhaustive. Ce que
nous avons constaté c’est que
le consommateur algérien est
très porté sur les produits
high tech, déco maison et art
de vivre, il y a aussi le côté
fashion qui n’est pas à négliger.
Au total, nous avons plus
de dix catégories sur notre
plateforme.
De nombreux points de
vente existent aussi sur la
toile, la concurrence est-elle
rude ?
Nous sommes le premier
site d’achat à s’être installé
en Algérie, nous avons des
process qui sont bien huilés et
aussi une très bonne maîtrise
sur la partie logistique, la
gestion des boutiques en
ligne, la négociation des prix...
Donc, pour le moment nous
ne pouvons pas dire que la
concurrence est rude, mais
nous espérons que cela sera le
cas d’ici quelques années.

Est-il facile pour vous de
convaincre les fournisseurs
de se mettre au net ?
Cela dépend, notre plateforme
représente un canal de vente ;
en plus pour eux, il n’y a pas
d’engagement initial. Nous
positionnons les produits sur la
plateforme et c’est leur chiffre
qui est développé. Il ne faut
pas oublier aussi que notre
réseau de distribution couvre
aujourd’hui 43 wilayas.
Au jour d’aujourd’hui,
aucune loi ne régit le
e-commerce, comment
faites-vous pour exister
légalement ?
Il y a quand même des codes
du travail auxquels on peut
être affilié. Cela est pénalisant,
car nous sommes dans le flou
et on ne sait pas trop où cela
va nous mener. On risque de
se faire taper sur les doigts
à tout moment. Cependant,
on a quand même assez de
supports juridiques pour
pouvoir s’adapter. D’ailleurs,
notre code d’activité vient
d’être récemment mis à jour.
Quand est-ce le e-paiement
en ligne sera effectif ?
Nous attendons que les
institutions financières
bougent, car les gens sont
demandeurs. Mais d’un
autre point de vue, il y a le
consommateur algérien qui
reste très attaché au paiement
cash à la livraison. Je pense
que nous maintiendrons les
deux options.

Pensez-vous que le
e-commerce a un avenir
chez nous ?
Le e-commerce a toutes les
chances de se développer
chez nous, ils sont d’ailleurs
plus de 600 000 Algériens à
consulter le site Jumia. Pour
le mois dernier, nous avons
enregistré plus de 1,2 million
personnes qui ont consulté
le site. Le e-commerce a un
avenir prometteur et je pense
que nous avons une ouverture
de marché avec beaucoup
d’opportunités. L’utilisateur
algérien est ultra connecté
et il commence à changer
ses habitudes en allant vers
ce qu’il y a sur le web. Pour
le rassurer en matière de
conformités des produits,
on travaille sur les partages
d’expériences pour montrer
aux consommateurs algériens
que nos produits sont bons.
Des nouveautés à
l’avenir ...
Jumia va lancer en octobre
son activité Groceries, car
nous avons constaté qu’aller à
la supérette devient pénible.
Nous allons proposer une
gamme de produits destinés
à la consommation non
périssables.

Jumia en chiffres

D’après une étude faite par le
groupe Jumia :
Ils sont 577 000 Algériens, 42% de
femmes et 58% d’hommes à se
rendre chaque mois sur Jumia, une
progression de 44% par rapport à
2016 mais qui reste encore faible par
rapport au nombre total d’utilisateurs
internet en Algérie
Pour le trafic visite Jumia :
Ils sont 60% des internautes Jumia à
se rendre sur le site https: //dz.jumia.
com/, le reste utilise l’application
mobile. On compte plus de 15.000
nouveaux utilisateurs de l’application
mobile Jumia .On compte plus de
50 % des internautes qui sont des
visiteurs réguliers. Un client passe
environ 10 minutes sur le site.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page