PASSATION DE POUVOIR

PASSATION DE POUVOIR

Un nouveau responsable arrive à la tête de l’entreprise. Vous vous
préparez à passer le flambeau. Il s’agit d’une passation de pouvoir,
une étape très cruciale qui nécessite une bonne approche. Notre
consultant en management Latifa Aouina livre ici les bonnes astuces
pour bien réussir votre passation.
Par L. A.

Quand et de quelle manière
annoncer l’arrivée d’un
nouveau successeur à ses
collaborateurs ?
Un départ, ça se prépare.
Généralement, on fait
l’annonce lors d’une réunion
générale quand tous les
éléments d’une passation sont
réunis et ce, afin d’écarter
toutes sortes de polémique et de bruits de couloir inutiles.
L’idéal serait d’annoncer le
remplacement assez tôt afin
d’éviter que les employés
vivent mal la situation.
Doit-on expliquer les
raisons d’un départ ?
Un responsable n’est pas
obligé d’expliquer les
motifs de son départ, ni
ceux de la nomination de
quelqu’un d’autre. Cela dit,
si le changement nourrit des
rumeurs ou provoque une
polémique, il est recommandé
d’être clair en évitant
l’hypocrisie. Si par exemple,
la cause du départ est une
promotion ou une démission
pour un meilleur poste,
c’est toujours plus facile de l’annoncer que s’il s’agit d’un
échec ou de l’incompétence de
la personne.
Si le remplaçant est issu
de l’équipe, cela ne risquet-
il pas de provoquer
des jalousies, voire des
tensions ?
Si le remplaçant est issu des
rangs de l’équipe, mieux vaut
avoir préparé le terrain pour
éviter la jalousie qui demeure
un sentiment humain. Il est
nécessaire de procéder avec
tact afin de désamorcer les
tensions. Le supérieur peut
également argumenter son
choix en s’appuyant sur les
critères, selon lesquels le
collègue est privilégié.

Une fois l’annonce faite, de
quelle manière présenter un
successeur ?
Le présenter lors d’une réunion
de groupe et lui présenter
toutes les personnes qu’il va
côtoyer au quotidien. Pour ses
supérieurs hiérarchiques et ses
collaborateurs directs, il s’agit
de prévoir des mini-séances en
«one to one», cela permettrait
une présentation brève et
claire.
De quelle manière
procéder pour introduire le
successeur dans son nouvel
environnement ? Quelles
sont les priorités ?
Il est nécessaire de le
présenter en premier lieu
à son manager, puis à ses
collaborateurs directs, puis
à son prédécesseur s’il fait
encore partie de l’entreprise et
ce, même avant de le présenter
au reste de l’entreprise. Les
priorités sont :
1- faire une passation durant
la première semaine de la prise
de poste ;
2- éviter les bruits de couloir ;
3- l’aider à intégrer
l’entreprise ;
Le plus important est de
présenter son successeur sous
son nouveau jour en mettant
le point sur les aspects positifs.
Autre point important, ne
jamais pointer du doigt les
défauts de ses collaborateurs,
car cela donnera des jugements
prématurés au successeur qui
sera en contact direct avec
eux.
La passation de pouvoir
nécessite un travail en
duo. Quelle est la part du
successeur lors de cette
étape ?
Une passation de consignes
est un travail en duo entre
l’arrivant et le partant. Le rôle
de chacun est de faire en sorte
que cette étape fonctionne.
Malheureusement, souvent, les
prédécesseurs ne jouent pas
vraiment le jeu et cela peut
s’expliquer par :

• un manque de compétence
(on prend cette passation pour
un audit) ;
• un manque de confiance
en soit (la personne ne se
trouve pas à la hauteur du
poste, et a peur que cela soit
découvert) ;
• un manque d’honnêteté,
comme dans le cas de
transactions douteuses dans
le passé du prédécesseur qui
cherche à les cacher ;
• un manque d’organisation ;
Un bon prédécesseur sait
qu’une passation rapide et bien
faite assure son envol vers une
nouvelle mission et prouve sa
compétence.

Combien de temps, dans
l’idéal, une passation de
pouvoir doit-elle durer ?
L’idéal serait de 48 heures
et elle peut être prolongée
à 7 ou 10 jours maximum
dans certains métiers où il y
a un transfert extérieur. Par
exemple, céder un portefeuille
client, cela doit se faire aussi
sur le terrain.
Quels sont les conseils
importants à donner pour
optimiser une passation de
pouvoir ?
Pour le successeur :
• être ouvert ;
• ne pas avoir de préjugé ;
• oeil vif et concentration
optimale ;
• studieux et à l’écoute ;
Pour le prédécesseur ?
• un travail en amont, avant
l’arrivée du successeur ;
• s’organiser ;
• se rendre disponible ;
• être respectueux vis-à-vis du
successeur ;
• être le digne représentant de
l’entreprise (c’est le premier
visage de l’entreprise) ;
• être humble dans sa manière
de transmettre ;
• éviter l’arrogance et le
manque de respect (deux
défauts qu’ont rencontre lors
des passations de pouvoir et
la personne ne se doute même
pas qu’elle le fait, ce qui est
mal) ;
• être ponctuel, cela est valable
pour les deux : successeur et
prédécesseur.
En clair, une passation de
pouvoir est un moment
essentiel que vit chaque
entreprise pour chaque
mouvement de poste (interne
ou externe). Cette étape doit
d’être valorisée et préparée et il
nous appartient de faire de nos
départs des succès.

Contact
Latifa Aouina
Coach ancien membre de la Fédération
Internationale des coachs
Consultant en Management
Manager de transition
Séminariste
Email : latifa.aouina@gmail.com

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page