UNE TRIPARTITE POUR DE NOUVELLES DÉMARCHES ÉCONOMIQUES L’HEURE EST AU BILAN

UNE TRIPARTITE POUR DE NOUVELLES DÉMARCHES ÉCONOMIQUES L’HEURE EST AU BILAN

La prochaine tripar tite qui devait se tenir initialement le 23 du mois en cours à Ghardaïa a été reportée à une
date ultérieure. L’annonce a été faite par Ahmed Ouyahia, récemment réinstallé à la tête du Premier ministère.
Nassima Bensalem

Lors d’une rencontre
regroupant les membres
du gouvernement,
le patronat et l’UGTA, M.
Ouyahia avait expliqué que le
report a été décidé en raison
de l’agenda du gouvernement,
et que cela permettrait une
meilleure préparation et
une plus large concertation
avec les partenaires
sociaux. Rappelons dans
UNE TRIPARTITE POUR DE NOUVELLES
DÉMARCHES ÉCONOMIQUES
L’HEURE EST AU BILAN
ce contexte que lors de la
présentation du plan d’action
du gouvernement devant le
Parlement en juin dernier,
l’ex-Premier ministre,
Abdelmadjid Tebboune avait
précisé clairement que le
gouvernement veillerait à
«l’ouverture de canaux du
dialogue et de concertation
avec toutes les composantes
du tissu national, qu’elles
soient politique, syndicale,
académique ou associative
pour expliquer la démarche
de l’Exécutif et obtenir la
confiance et l’adhésion de
tous». Il a également souligné
l’importance d’atteindre un
consensus national pour
gérer la crise économique et
ce, «dans le seul objectif de
préserver l’indépendance et la
souveraineté nationale dans la prise de décision».
Ce que l’on sait d’ores et
déjà est que la prochaine
tripartite abordera l’ensemble
des volets portant sur la
reconfiguration de l’économie
du pays que les pouvoirs
publics auront à suivre dans
les mois prochains. L’ordre
du jour de la 21e rencontre
qui devrait être validé par
l’ensemble des partenaires
sera connu incessamment.
Toutefois, quelques bribes
d’informations circulent sur
les questions qui seront à
l’ordre du jour du rendezvous
traditionnel. Outre la
stratégie économique à suivre,
il sera comme à l’accoutumé,
question de dresser le bilan
des actions engagées et
d’évaluer les résultats du
Pacte national économique
et social de croissance, signé
par le gouvernement et ses
partenaires en 2014. Il est
prévu aussi de se pencher sur
l’actualité économique mais
surtout de discuter des futures
actions à entreprendre pour
une économie productive.

Ghardaia : un choix
«judicieux»
Encore une fois, la réunion de
la tripartite (gouvernement-
UGTA -organisations
patronales) se fera en dehors
d’Alger : après celle de Biskra,
en 2015, et celle de Annaba,
au mois de mars dernier,
elle se tiendra, en effet, à
Ghardaïa. La délocalisation de
cette réunion incontournable
dans une ville du sud du
pays est d’abord un signal
politique. Opter pour cette
wilaya est une façon de
donner un signal fort sur la
volonté des pouvoirs publics
d’assurer un développement
socioéconomique harmonieux
et équilibré entre les
différentes régions du pays
et de faire de la région du
sud le berceau de la relance
industrielle et agronomique.
A ce propos, l’ex-Premier
ministre, M. Tebboune
avait relevé que «le choix
de la wilaya de Ghardaïa
était judicieux, c’est une
région du sud qui dispose
d’investisseurs qui sont
nombreux et très honnêtes».
Pour M. Tebboune, Ghardaïa
mérite des encouragements,
d’autant qu’il s’agit d’une zone
«qu’on devrait revoir dans le
cadre de l’aménagement du
territoire», a-t-il avancé. Il
a également expliqué lors de
la réunion préparatoire qu’
«entre Ghardaïa, El Menea et
Laghouat, c’est à Ghardaïa
qu’on peut recentrer le
développement économique
de la région, car il y a de
l’espace, de l’eau et beaucoup
d’autres atouts. C’est pourquoi
elle sera revue dans le plan de
l’aménagement du territoire».
Il est utile de rappeler que la
20e réunion tripartite a été
tenue dans la ville de Annaba
sous la coupe de Abdelmalek
Sellal, ex-Premier ministre,
qui s’est dit vigilant sur le
plan budgétaire sans faire
dans l’austérité.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page