FETHI BELAÏD GÉRANT DE LA SOCIÉTÉ SNC BELAÏD ET FILS «Notre ambition, faire de l’Algérie un leader dans la fabrication des profilés PVC»

FETHI BELAÏD GÉRANT DE LA SOCIÉTÉ SNC BELAÏD ET FILS «Notre ambition, faire de l’Algérie un leader dans la fabrication des profilés PVC»

Après une formation technique, Fethi Belaïd, trentenaire, apprend les métiers de gestion et de management. Il
s’investit, corps et âme, dans la gestion de l’entreprise familiale. Dans cet entretien, le jeune homme, affable et
accessible, expose la situation de son entreprise et donne sa vision sur l’investissement dans le pays.
Interview réalisée par Nesma Aghiles

Vous intervenez dans le
domaine de la menuiserie
aluminium et des portes et
fenêtres en PVC. Comment
l’idée vous est venue ?
Dès que nous avons ouvert
les yeux, nous avons trouvé
que notre père faisait de la
menuiserie aluminium. Il
était artisan. En 1994, il a
ouvert un atelier de montage
de portes et fenêtres en
aluminium.
Mais depuis 2007, nous
voulions développer
davantage cette activité
en passant carrément à
l’industrie des portes et
fenêtres en PVC. Nous nous
sommes rendu compte
que nous dépendions de
l’importation des profilés
pour fabriquer nos fenêtres.
Nous nous sommes alors
retournés vers les dispositifs
mis en place par l’Etat.
Nous avons pu obtenir, par
le biais du Calpiref (Comité
d’assistance à la localisation
et à la promotion des
investissements et de la
régulation du foncier, Ndlr)
une assiette foncière. Cela
nous a donc permis d’avoir
de l’espace pour installer
notre unité de production.
En parallèle, nous avons fait
bénéficier nos techniciens et
ingénieurs d’une formation
à l’étranger, notamment en
Turquie et en Autriche. Ces
deux pays sont les leaders
européens dans le domaine
de l’industrie des fenêtres.
Pour réaliser notre projet, une
banque publique, la BDL, en
l’occurrence a accompagné
notre entreprise. Elle est
d’ailleurs toujours notre
partenaire et nous sommes
satisfaits ce que nous offre
cet établissement comme
services.

Quelle est la situation
de votre entreprise
aujourd’hui ?
Notre entreprise est en
pleine évolution. Nous avons
obtenu des contrats avec
des entreprises publiques qui
travaillent dans le domaine
du bâtiment. Nous sommes
en pleine expansion. Nous
faisons partie des 4 grandes
entreprises algériennes
leaders sur le marché local.
Vous travaillez dans un
domaine qui connaît une
crise dans le pays. Des
sociétés se plaignent
du rétrécissement de
l’activité. Est-ce votre cas ?
Il est vrai que la crise est là.
Mais nous arrivons à obtenir
des marchés qui amortissent
notre investissement. Nous
avons toujours de nouveaux
produits. Plus que cela,
grâce à notre situation de
producteur, nous sommes
compétitifs par rapport à
ceux qui importent tout.
Nous avons donc un rapport
qualité/prix très favorable.
Beaucoup de sociétés se
plaignent des contraintes,
notamment à l’importation.
Rencontrez-vous ce
problème ?
Franchement, non. En plus
de l’accompagnement et
des aides de notre banque,
les autorités douanières et
portuaires nous aident dans notre tâche. Nous bénéficions
des avantages accordés par le
Code des investissements aux
entreprises de production. Nous
importons, donc, notre matière
première avec beaucoup de
facilités. Il y a pour cela une
grande confiance dans toute
la chaîne qui va du fournisseur
étranger jusqu’à l’usine en
passant par les Douanes.

Quelles sont les capacités
actuelles de votre usine ?
SNC Belaïd et fils dispose en
fait de 3 lignes. La première
concerne l’extrusion du profilé
aluminium. Nous avons
acquis, pour cela, de lignes
très modernes. A cela s’ajoute
une autre ligne qui fabrique
des renforts métalliques
nécessaires à la conception et
au montage des fenêtres en
PVC. En troisième lieu, nous
disposons de notre propre unité
de fabrication de système de
double-vitrage d’une capacité
de 200 m2/jour. Actuellement,
la société parvient à produire
120 fenêtres/jour. Sur le plan
de la production, nous avons
pu augmenter nos capacités
de 100 tonnes par mois en
2016 à 300 tonnes pour
l’année en cours. Cela grâce
à un investissement de 4
millions d’euros que nous avons
consenti en 2015. Nous avons
acquis une seconde chaine de
production. Cela nous permet
de tourner en 3x8. L’usine ne
s’arrête donc jamais. 4 groupes
de 76 employés la font tourner
à plein régime.
Pour faire fonctionner
une usine d’une telle
importance, vous devez
avoir besoin d’une maind’oeuvre
qualifiée…
Nous employons de jeunes
recrues, issues de l’université
algérienne. Certains ont
bénéficié d’une formation en
Autriche. Nous employons
également des techniciens
sortis des centres de formation
algériens qui ont, en plus,
bénéficié d’une formation en
Turquie. Actuellement, nous
sommes en contact avec
l’université de Blida pour mettre
à la disposition de cette entité le
laboratoire de recherche dans le
domaine du polymère que nous
possédons au niveau de l’unité
de production.
Quels sont les projets de
l’entreprise ?
Notre projet immédiat est de
réduire l’importation du profilé
aluminium. Et il y a de réelles
possibilités pour que l’Algérie soit
un leader dans le domaine. C’est
d’ailleurs étrange que notre pays
soit importateur de ce produit,
dérivé du pétrole, alors qu’il est
producteur d’hydrocarbures.

Actuellement, la
société parvient à
produire 120 fenêtres/
jour. Sur le plan de
la production, nous
avons pu augmenter
nos capacités de 100
tonnes par mois en
2016 à 300 tonnes
pour l’année en cours

SNC Belaïd et fils en chiffres :
-76 : C’est le nombre de salariés que
compte la société, située à Kseur El-
Boukhari (Médéa).
-300 : C’est la capacité, en tonnes, de
profilés PVC que fabrique actuellement
l’entreprise chaque mois. Une évolution
de 300% par rapport à 2016.
-197 : C’est le chiffre d’affaires en
millions de DA de l’entreprise familiale
enregistré en 2016. Le chiffre est appelé
à croître.
-120 : C’est le nombre de fenêtres en
PVC que produit l’entreprise par jour.
4 millions d’euros est le dernier
investissement consenti par l’entreprise
pour doubler ses capacités de
production.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page