ILS NE SONT JAMAIS D’ACCORD

ILS NE SONT JAMAIS D’ACCORD

Il y a de l’électricité dans l’air. De l’eau dans le gaz. Monsieur et Madame ont des mots. Ils ne sont pas sur la même longueur d’onde. Il dit « blanc », elle réplique « noir ». Il renchérit « jour », elle  décrète « nuit » …

  Naïma Rezki

 Houlà ! Il y a vraiment de l’orage dans l’air.  Mars et Venus s’étrillent. Education des enfants, gestion du budget, projets de vacances, répartition des tâches  ménagères… autant de sujets qui divisent Monsieur  et Madame. En dépit de leur amour, de fréquentes disputes émaillent leur couple. Ils ne sont d’accord sur presque rien. Des algarades houleuses ponctuent leur vie conjugale. Ils n’ont vraiment pas la même vision des choses et chacun entend avoir le dernier mot. Témoignages. 

 

L’argent, pomme de discorde

Money, money, money… Dans neuf cas sur dix, les disputes tournent autour du budget du ménage. Amel (35 ans) est du genre à thésauriser alors que son époux vit au jour le jour, jetant les sous par la fenêtre. « Très jeune, mes parents m’ont appris que l’argent ne poussait pas sur les arbres », confie-t- elle. « Pendant les vacances d’été, mon père me dénichait toujours un petit boulot. Il voulait me transmette la valeur du travail et de l’argent gagné à la sueur de son front. Par ailleurs, mes parents m’ont appris a toujours garder une poire pour la soif.  A contrario, mon conjoint a un autre rapport à l’argent. Selon lui, le pognon est fait pour être dépensé même en futilité. Ce comportement attise mon courroux. Economiser pour partir en vacances, changer de voitures ou affronter des dépenses inattendues ne fait pas partie de ses plans. Ce sujet jette de l’huile sur le feu de notre couple, d’où nos fréquents accrochages. »

 

Maman trop gâteau

Les couples entrent également en conflits à propos de l’éducation de leurs enfants. Hassen (42 ans) reproche à sa moitié son manque de sévérité dans son rôle de mère. « Je la trouve trop permissive, trop tolérante et trop laxiste avec eux. La discipline n’est pas sa priorité. Ma compagne cède facilement aux caprices des petits. J’instaure des règles strictes sur les horaires du coucher, l’importance de manger des fruits et légumes, de limiter la consommation des friandises mais elle me casse tout le travail avec son ‘’je-m’en-foutisme’’, source continuelle de tiraillements entre nous. »

 

Trois ou quatre ?

 Avant de convoler en justes noces, les couples s’accordent en général sur le nombre d’enfants qu’ils désirent avoir. Sabri (43 ans) a abordé cette question avec sa femme. « Au début de notre mariage, elle et moi étions tombés d’accord. Deux enfants. Pas plus. Deux petits garçons sont venus égayer notre foyer.  Et c’est là que mon épouse a commencé à exprimer son désir d’une troisième grossesse car elle voulait à tout prix avoir une fille. Vu l’exiguïté de notre appartement et nos modestes revenus, j’ai exprimé mon désaccord. Malgré mon opposition, un nouveau bébé a pointé le bout de son nez : un petit  garçon ! Ma femme ne s’avoue pas vaincue. Elle persiste à vouloir agrandir la famille. Elle veut encore une fille. Sujet d’interminables chamailleries entre nous. »

 

Qui fait la vaisselle ce soir ?

Le partage des tâches ménagères, autre planche savonneuse sur laquelle glisse de nombreux couples. Houda (32 ans) avoue avoir des escarmouches à répétitions avec son époux à cause du manque d’aide de sa part. « Mon mari  est macho mais refuse de l’admettre. Faire la vaisselle, débarrasser la table ou passer un coup de balai est une faveur qu’il pense m’accorder de temps à autre. Pour cela, il attend des remerciements et des éloges de ma part. Quand je lui rappelle que je suis une femme active et que je rapporte un salaire à chaque fin de mois à la maison, il  monte sur ses grands chevaux, actionne la lance à venin et quitte la maison en claquant la porte. Deux heures plus tard, il revient  faire son mea culpa, une rose à la main. Mais pour ce qui est de me filer un coup de main à la maison, je ne dois pas trop compter sur lui. C’est comme ça ! »

 

Changer son partenaire est quasi impossible. A partir d’un certain âge, les personnalités sont déjà forgées et bien malin celui ou celle qui peut jurer avoir réussi à complètement remodeler le caractère de son (sa) partenaire. Et si les couples avaient besoin de ces petites chamailleries pour mieux se retrouver ? Il faut juste cesser de croire au mythe de l’amour parfait et accepter que la vie de couple connaisse des hauts et des bas.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page