INTERVIEW DE LA STAR MONTANTE DES COOKINGS SHOWS ALGÉRIENS CHEF RACHID : « LES FAMILLES ALGÉRIENNES M’ONT ACCUEILLI DANS LEUR MAISON »

Certains artistes préfèrent se spécialiser dans une seule discipline quand d’autres sont, au contraire, des
« touche à tout ». Ils se laissent guider par leurs envies du moment et leurs passions de toujours. C’est le cas
de Rachid Tahanout alias « Chef Rachid ». Ce designer décorateur d’intérieur de formation a fait de la cuisine sa
nouvelle vocation. L’amour de la bonne nourriture faite maison, il l’a cultivé dès le jeune âge, dans la cuisine où
il concoctait de bons petits plats aux côtés de sa défunte mère. C’est d’ailleurs pour sortir du spleen et affronter
le deuil de sa disparition que Rachid est devenu « Chef Rachid ». En plus de sa casquette de businessman,
puisqu’il est à la tête d’une florissante entreprise de décoration d’intérieur et de celle de père de famille, il
ajoute une toque à sa panoplie d’accessoires d’artiste ! En une année, Rachid est devenu ce Chef cuisinier
vedette de plusieurs émissions de télévision diffusées sur la chaîne culinaire SamiraTV. Une nouvelle carrière en
perspective……
Propos recueillis par Amina Hadjiat

Trois émissions diffusées à
la télévision depuis l’année
dernière, avec un pic
d’audience durant Ramadhan
dernier. Quel est le bilan de
cette deuxième saison à la
télé ?
C’est une deuxième saison réussie.
J’ai commencé mes émissions
culinaires sur SamiraTV au mois de
Ramadhan 2016. Plus d’une année
après, notre audience a grimpé.
Le public augmente. Je dirais
avec bonheur que les familles
algériennes ont accueilli le chef
Rachid dans leur maison. Elles
l’ont adopté partout où elles se
trouvent, même à l’étranger. Cela
m’encourage. J’ai encore beaucoup
de progrès à faire et beaucoup de
choses à donner encore au public.
Comment mesurez-vous le
succès ?
Je le vois dans les réactions du
public. Les téléspectateurs sont
de plus en plus nombreux à
réagir sur les réseaux sociaux.
Je mesure l’affection du public
sur les pages facebook de mes
émissions mais aussi sur celle de
SamiraTV. Par rapport à l’année
dernière, on voit une fidélisation
des téléspectateurs. Ils se sont
habitués au Chef Rachid. Je le
mesure également dans la rue.
L’année dernière, je passais encore
inaperçu. Maintenant, il m’est
parfois difficile de sortir incognito.
Surtout si je vais au marché faire
mes courses ! C’est devenu difficile

(rire…). Maintenant, le public me
reconnaît. Les marchands aussi.
Les gens m’interpellent pour
confirmer si c’est bien moi le chef
Rachid de SamiraTV. Ils m’arrêtent
pour des selfies, pour des recettes
ou encore pour des conseils sur
les produits que j’utilise dans mes
émissions.
Les produits que vous utilisez
sont-ils imposés par vos
sponsors ?
En partie. Effectivement, j’ai signé
plusieurs contrats d’exclusivité
avec quelques sponsors. Dans ces
gammes là de produits, je ne peux
utiliser que la marque du sponsor.
C’est là encore une preuve du
succès des émissions. L’image
du chef Rachid est aujourd’hui
associée à des marques de
façon exclusive. Il y a aussi le
studio d’enregistrement qui a été
entièrement aménagé par un
autre sponsor : Artre Cuisines.
D’ailleurs, je tiens à préciser que
sans ces sponsors, les émissions
ne pourraient pas exister. Je
souhaiterais en avoir davantage
pour améliorer les émissions et
les faire perdurer. Comme je le
disais, j’ai encore beaucoup de
choses à donner. Les concepts
d’émissions peuvent être poussés.
Je souhaiterais pouvoir en créer
d’autres dans des domaines plus
larges. J’aimerais parler de cuisine
saine, de cuisine du monde à
travers les voyages, de santé et de
beaucoup d’autres sujets.

Comment sont financées vos
émissions ?
Comme je le disais, le financement
provient principalement des
sponsors. C’est grâce à eux
que l’on peut couvrir les frais
de production qui sont très
importants. Tourner un seul
numéro coûte au moins 250.000
dinars. Pour exister encore et
améliorer mes émissions, il
nous faut plus de sponsors. La
chaîne SamiraTV apporte tout le
support technique et se charge
de la diffusion. Une trentaine
de personnes pour réaliser un
numéro. Je précise que l’équipe
technique mise à disposition par
la chaîne est particulièrement
professionnelle et que les
tournages se déroulent dans de
très bonnes conditions. SamiraTV,
pour moi, c’est une deuxième
famille.
Comment améliorer encore vos
émissions ?
Par exemple, pour le moment,
l’émission « Safar maâ Rachid »
(Voyage avec Rachid), consiste
à présenter des recettes que j’ai
ramenées de mes nombreux
voyages. Je suis un passionné
de voyages, j’ai visité une bonne
partie du globe, et partout où
je vais, je teste la nourriture et
j’apporte avec moi des recettes ou
des astuces. Dans cette émission,
je les partage avec le public. Mais
j’aimerais faire évoluer le concept.
Je voudrais montrer la diversité

du patrimoine culinaire algérien.
Faire une saison de « Safar mâa
Rachid » dédiée à l’Algérie. Partir
dans les wilayas de l’intérieur du
pays. Faire mes
tournages là-bas,
avec les produits
locaux. Peut être
même faire des
tournages chez
l’habitant, avec
des produits du
quotidien. Je pense
que le succès et la
reconnaissance du public prouvent
que les émissions marchent bien.
Je souhaite me rapprocher encore
davantage d’eux. Mais pour cela, il
faut des financements. Il faut avoir
plus de sponsors, notamment dans
le domaine de l’agroalimentaire
pour réaliser ces concepts.
Durant le mois de Ramadhan
2017, vos émissions ont été
un peu modifiées avec des
numéros spéciaux et des
invités sur le tournage ; est-ce
un pas vers l’animation ?
Pendant Ramadhan, nous avons
transformé l’émission Maestro
sur le thème de la « rahma ».
Nous avons reçu des personnes
handicapées ; des tranches de la
société un peu délaissées. Nous
avons aussi reçu des spécialistes
pour des conseils en médecine ou
en religion. Pour l’émission « Safer
mâa Rachid », j’ai reçu à ma table

les autres chefs de la chaîne. A
tour de rôle, ils sont venus pour
découvrir une de mes recettes
venues de l’étranger mais aussi,
se présenter, parler
d’eux-mêmes et
dévoiler un peu de
leur personnalité
au public. Nous
avons choisi de les
présenter davantage
aux téléspectateurs.
Là, effectivement,
j’ai goûté au travail
d’animation et j’ai aimé cela. Je
me sens prêt à évoluer dans la
présentation de mes émissions.
Comment jugez-vous l’offre
en gastronomie dans la
restauration en Algérie et que
faut-il améliorer selon vous ?
Je pense que les restaurants en
Algérie se ressemblent. Il y a
beaucoup de choses à développer.
Par exemple, les restaurants sans
gluten ou de la cuisine différente.
Il y a aussi les normes d’hygiène
qu’il faut absolument respecter. Le
port des gants et le fait de couvrir
sa tête. Ce sont des choses qui
manquent. On peut faire beaucoup
mieux. Faire que la gastronomie
algérienne ait une renommée.
Pousser les touristes à venir
apprécier la cuisine algérienne.
Les produits algériens sont des
produits savoureux. Nos légumes,
nos viandes, nos aromates. Rien

qu’avec les dizaines de façons
de faire le couscous, on pourrait
faire connaître notre patrimoine
culinaire. Il faut le faire. Les
opportunités sont réelles.
Votre troisième émission est
présentée en langue amazighe.
Qu’est-ce que ça signifie pour
vous ?
C’est important pour moi. J’estime
qu’il faut toujours être accessible.
C’est une langue que je parle et j’ai
voulu m’adresser au public qui ne
comprend que cette langue. Ces
personnes existent. Je ne veux pas
les oublier.
Les téléspectateurs ne le
savent sans doute pas.
Vous êtes aussi décorateur
d’intérieur. Comment se porte
cette activité depuis que
vous êtes aussi occupé par la
télévision ?
Je suis un mari, un père de trois
enfants, un chef d’entreprise et
un chef cuisinier à la télévision.
C’est difficile de trouver le temps
pour tout gérer et concilier
l’ensemble. Mais j’aime ce que je
fais. Je travaille aves passion. La
décoration d’intérieur est une de
mes passions. L’entreprise s’appelle
Eden chez soi. Elle se porte bien.
Mes clients sont satisfaits. Je
mène les deux activités, design et
cuisine, en parallèle et ça marche
bien.

la publicité est un
vecteur stratégique
pour redémarrer ou
s’imposer au moment
où les choses vont le
plus mal.

Le chef couronné…

Le chef Rachid remporte le Trophée de la
meilleure émission culinaire 2017 en Algérie.
C’était le 22 juin dernier, lors de la cérémonie
des « Hilals de la télévision ».

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page