DIABÈTE « BOUGER PLUS, MANGER ÉQUILIBRÉ »

Pour les diabétiques, une bonne alimentation permet d’agir sur le poids, la glycémie, les événements
cardiovasculaires ainsi que toutes les autres complications. D’après le Pr Mourad Semrouni, professeur en
endocrinologie et président de la Société algérienne de diabétologie (SADIAB), la seule façon de vivre
harmonieusement avec son diabète est de soigner son hygiène alimentaire et de bouger.
Par K. B.

Place à l’alimentation saine
et à l’activité physique !
Selon Pr Mourad Semrouni, « le mode de vie actuel des Algériens se caractérise par une baisse importante de l’activité physique et une alimentation riche en graisse, en sucre et en sel, responsables des maladies métaboliques. Changer son mode de vie n’est certes pas facile, mais reste d’une importance capitale. Malgré tous les progrès thérapeutiques réalisés, l’hygiène alimentaire et l’activité physique restent les piliers de la prise en charge du diabétique ».

Qu’est-ce que le diabète ?
Le diabète est une maladie chronique qui survient lorsque l’organisme
ne peut produire suffisamment d’insuline ou ne peut l’utiliser
correctement et qui est diagnostiquée par une glycémie trop élevée.
L’insuline est une hormone produite dans le pancréas. Elle est nécessaire
pour transporter le glucose contenu dans le sang vers les cellules de
l’organisme où elle est utilisée comme source d’énergie. L’absence
d’insuline ou son inefficacité chez une personne atteinte de diabète font
que le glucose continue de circuler dans le sang.

Quels en sont les symptômes ?
Les symptômes varient selon le type de diabète. Une production
excessive d’urine, une sensation de soif, un amaigrissement et une
sensation de fatigue sont les symptômes usuels du diabète de type 1.
Ces symptômes peuvent être moins marqués dans le diabète de type 2,
voire absents au début de cette forme de maladie parfois diagnostiquée
plusieurs années après son apparition.

 

Des chiffres inquiétants
Selon les chiffres avancés par la Fédération
internationale du diabète (FID), le nombre
de personnes souffrant de diabète en
Afrique du Nord et au Moyen-Orient va
probablement doubler en 2040. En effet,
plus de 40% des personnes vivant avec le
diabète en Afrique du Nord et au Moyen-
Orient ne sont toujours pas diagnostiquées.
Un diagnostic précoce du diabète permet
d’instaurer le traitement approprié et de
prévenir ou de retarder la survenue des
complications liées à cette maladie.

Le diabète de type 1
Cette pathologie est provoquée par une réaction auto-immune au cours de laquelle les propres défenses de l’organisme attaquent les cellules bêta du pancréas qui produisent l’insuline. L’organisme devient alors incapable de fabriquer l’insuline dont il a besoin. La raison de cette condition n’est
pas totalement élucidée. Elle peut affecter les personnes de tout âge mais apparaît en général chez l’enfant ou le jeune adulte. Les personnes atteintes de cette forme de diabète ont besoin d’insuline chaque jour afin de maintenir leur glycémie sous contrôle. Sans insuline, les personnes atteintes de diabète de type 1 ne peuvent survivre.
Le diabète de type 2
Il touche généralement les adultes mais il est de plus en plus souvent observé chez des enfants et des adolescents. Chez les personnes atteintes de diabète de type 2, l’organisme est capable de produire de l’insuline mais développe une résistance si bien que l’insuline est inefficace. Au fil du temps, les taux d’insuline peuvent devenir insuffisants. Donc, aussi bien la résistance que la carence en insuline conduisent à des taux de glycémie élevés.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page