UNE JOURNÉE À LA MATERNELLE SPÉCIALISÉE « JE TDE À SORTIR DE TA BULLE »

UNE JOURNÉE À LA MATERNELLE SPÉCIALISÉE « JE TDE À SORTIR DE TA BULLE »

Aider les enfants souffrant d'autisme à sortir de leur bulle. Plus qu'un slogan, c'est la philosophie de cette école
maternelle spécialisée dans l’accompagnement et la prise en charge des enfants autistes. Située à Chéraga, dans la
banlieue ouest d’Alger, cette école privée, agréée depuis 2014 par le ministère de l'Éducation nationale, a été créée par
un pédiatre qui a souvent été, durant sa carrière, confronté à la souffrance des enfants autistes et de leurs parents.
Par : Farid Bouhatta

Soundousse est une fillette âgée de 4 ans. Elle est scolarisée à Je TDE à sortir de ta bulle. Aujourd’hui, elle est polie et affable. Elle dit bonjour, se
laisse porter et répond au sourire des autres. Elle est arrivée à créer des liens sociaux avec les autres enfants de l'école. Soundousse joue même à la meneuse de bande parmi ses camarades. Elle les réunit pour réciter quelques versets coraniques. Dynamique et débordante d'énergie, on a du mal à croire que Soundousse a cette particularité : l'autisme.
Des résultats satisfaisants
Désormais, elle ressemble à n'importe quel autre enfant. Mais en réalité, la fillette revient de très loin. « Avant son admission au sein de cette maternelle spécialisée, qui a ouvert ses portes il y a seulement trois ans, Soundousse était le plus souvent renfermée, isolée dans son coin,
à jouer avec ses poupées, à s'inventer des histoires. Elle ne parlait presque pas, si ce n’est quelques syllabes prononcées en boucle : des ta ta ta… Elle restait tout le temps à l'écart », témoigne son père, Lui aussi restait immobile dans son coin et ne réagissait à aucune stimulation il y a deux ans, lorsqu’il a intégré l'établissement. Il s’agit de Wassim, âgé aujourd’hui de 6 ans. Il écrit, découpe, trace une rosace avec un compas et parvient même à serrer les lacets de ses chaussures sans trop de difficultés. « Pendant les séances de stimulation de groupe, basées
surtout sur la communication
visuelle et la compréhension
verbale, Wassim s’exprime le plus
normalement du monde », nous
confie Dr Houbi.
Les parents désemparés
M. Lacheb est un entrepreneur, papa de deux enfants autistes. Des jumeaux âgés de six ans et demi, Mohcine et Malek. Ce père de famille s'est longtemps débattu seul face à la maladie

de ses enfants, les présentant à plusieurs médecins sans jamais voir une amélioration de leur état. Il apprend grâce aux réseaux sociaux l'existence
de cette école spécialisée qui prodigue un accompagnement pour les enfants autistes. Aujourd’hui, il retrouve un peu d’espoir. « Mes deux enfants ont été tardivement diagnostiqués. Ça a été très difficile, mais maintenant, je ressens qu'il y a eu une évolution dans leur comportement. »
Un accompagnement
adéquat
« La situation de Soundousse, Wassim, Mohcine et Malek s'améliore de jour en jour. Petit à petit, ils arrivent à communiquer. Ils acquièrent un peu plus d'autonomie. Ce sont les résultats d’une prise en charge précoce. On les assiste au bon moment », explique Dr Houbi. Huit spécialistes en
pédiatrie, en pédopsychiatrie, en psychologie, en orthophonie et en psychomotricité se chargent quotidiennement du suivi des 30 enfants autistes qu'abrite cette école maternelle.
Un suivi permanent
L'équipe travaille d’arrachepied afin d’améliorer leur état de santé psychologique et pour rendre la joie à leurs parents, souvent désespérés. Le résultat est là. Yacine et Ayoub, qui ont

été admis auparavant au sein de cet établissement privé, sont aujourd'hui scolarisés dans une école classique. Un exemple qui donne de l'espoir à tous les autres parents.
Des capacités hors du
commun
« Il suffit juste d’avoir de la patience pour comprendre leur monde et pouvoir les aider à s'intégrer dans la société », explique Dalila Hanoune,
orthophoniste au sein de cette structure privée. Pour elle, malgré les difficultés qu’ils rencontrent, dont le manque d’autonomie, l’insociabilité… ces
enfants possèdent d'énormes capacités intellectuelles.
L'autonomie, un pas vers la
sociabilité
« À l'aide de programmes personnalisés, nous travaillons chaque jour pour développer leur autonomie », explique Dr Houbi. Selon lui, c’est un facteur essentiel et déterminant pour que ces enfants puissent s’adapter à l’environnement extérieur. Sortir de leur bulle ouvrir leur monde à ceux qui les
entourent, voilà le but de cette école.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page