QUELS SECTEURS RECRUTENT LE PLUS ?

QUELS SECTEURS RECRUTENT LE PLUS ?

Si les offres d'emploi sont en baisse dans le secteur public, les entreprises privées, elles, continuent à recruter
et offrent de belles perspectives pour le marché du travail. Qu’il sa’ gisse des statistiques de lA’ gence nationale
de l’emploi (Anem) ou celles des sites de recrutement en ligne, la tendance est claire : les recrutements dans le
privé sont en hausse. Mais quels sont les secteurs qui recrutent ? Petit tour d'horizon du marché de l'emploi.…
Par Farid Bouhatta

La crise économique pèsesur le chômage. Le taux global a atteint 10,5%, mais il est de 27% chez les jeunes de moins de 25 ans. Le gel des recrutements dans la fonction publique, mis à part l'éducation nationale, et le secteur économique public font craindre sur les perspectives de
trouver un emploi. Pour autant, le secteur privé, lui, continue de recruter. Selon le directeur général de l'Anem, Mohamed Tahar Chalal, au moins 488.165 emplois ont été affectés en 2016 via cette agence. Le nombre des recrutés en 2015 était, selon lui, moins important, puisque
l'agence a recensé seulement QUELS SECTEURS LE PLUS ? 350.000 recrutés. Narimane Saïdoun Debbabi, responsable Marketing à emploitic.com, confirme cette tendance haussière des recrutements. La plateforme de recrutement en ligne a enregistré plus de 18.230 postes d’emploi en 2016, tous secteurs confondus, contre 16.500 postes en 2015.

Si les offres d'emploi sont en baisse dans le secteur public, les entreprises privées, elles, continuent à recruter
et offrent de belles perspectives pour le marché du travail. Qu’il sa’ gisse des statistiques de lA’ gence nationale
de l’emploi (Anem) ou celles des sites de recrutement en ligne, la tendance est claire : les recrutements dans le
privé sont en hausse. Mais quels sont les secteurs qui recrutent ? Petit tour d'horizon du marché de l'emploi.…
Par Farid Bouhatta

La crise économique pèsesur le chômage. Le taux global a atteint 10,5%, mais il est de 27% chez les jeunes de moins de 25 ans. Le gel des recrutements dans la fonction publique, mis à part l'éducation nationale, et le secteur économique public font craindre sur les perspectives de
trouver un emploi. Pour autant, le secteur privé, lui, continue de recruter. Selon le directeur général de l'Anem, Mohamed Tahar Chalal, au moins 488.165 emplois ont été affectés en 2016 via cette agence. Le nombre des recrutés en 2015 était, selon lui, moins important, puisque
l'agence a recensé seulement QUELS SECTEURS LE PLUS ? 350.000 recrutés. Narimane Saïdoun Debbabi, responsable Marketing à emploitic.com, confirme cette tendance haussière des recrutements. La plateforme de recrutement en ligne a enregistré plus de 18.230 postes d’emploi en 2016, tous secteurs confondus, contre 16.500 postes en 2015.

Le secteur des services arrive en
tête !
En passant par ces sites de
recrutement en ligne, les demandeurs
d’emploi sont davantage orientés
vers le secteur des services. En effet,
les recruteurs recherchent plus de
personnels dans les domaines des
télécommunications, des centres
d'appel, des assurances, de l'hôtellerie,
du transport et de la restauration.
Dans ce secteur, l’Anem a également
beaucoup d'offres. Les services ont
créé 130.300 postes d’emploi en
2016 à travers l'Anem. Le nombre
des recrutés qui sont passés par
emploitic.com s'élevait à 5.652 en
2016, contre 4.579 en 2015. Une
évolution considérable qui renseigne
sur l'ouverture du privé aux métiers
des services, considérés comme l'un
des axes essentiels du développement
économique national.
L’énergie, les mines et le BTPH,
les moins attractifs
Les offres d'emploi reçues par
emploitic.com dans les domaines
de l'énergie, des mines et du BTPH
ont chuté de 24% en 2016 contre
18% en 2015. Dans l’énergie et les
mines, le site a enregistré 610 postes
d'emploi pourvus en 2015 contre 440
en 2016. Dans le BTPH, 700 emplois
pourvus en 2015 contre 300 en
2016. Cela est dû essentiellement au
ralentissement de la croissance dans
ces secteurs.
L’agriculture, l’autre secteur
ignoré !
Le secteur de l'agriculture reste
déserté par les entrepreneurs et
demandeurs d'emploi. Pourtant, il
est considéré comme un secteur
clé dans les stratégies et politiques
d'investissement du pays. Les offres
d'emplois ont chuté. Seulement 500
emplois ont été offerts par l’Anem.
TIC, le nouveau vivier
Les perspectives d’embauche
se trouvent également dans les
nouveaux métiers qui sont en plein
essor, à l'image des télécoms, de
l’informatique et des services liés
au digital. Et ce sera de plus en plus
le cas avec le développement des
services liés à l'Internet.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page