L’économie verte et le développement durable en Algérie

L’économie verte et le développement durable en Algérie

Un grand potentiel à exploiter

L’ALGÉRIE A PARAPHÉ TOUS LES ACCORDS INTERNATIONAUX SUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ET A RÉITÉRÉ SES ENGAGEMENTS LORS DU SOMMET DES NATIONS UNIES DE SEPTEMBRE 2015 SUR L’ENVIRONNEMENT. SELON LE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L’ENVIRONNEMENT (PNUE) : « L’ÉCONOMIE VERTE EST UNE ÉCONOMIE QUI ENGENDRE UNE AMÉLIORATION DU BIEN-ÊTRE HUMAIN ET DE LA JUSTICE SOCIALE, TOUT EN RÉDUISANT SENSIBLEMENT LES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET LES PÉNURIES ÉCOLOGIQUES ».

Propos recueillis par : Bob Khaled

Sur le plan pratique, cette économie repose sur la participation des acteurs publics et privés pour la réduction des émissions de carbone avec une utilisation efficace des énergies tout en utilisant rationnellement les ressources finies et rares, mais surtout pour la préservation des écosystèmes et de la biodiversité.

L’économie verte en Algérie

Dans sa communication, lors des Matinales du CARE (Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise), Madame Lotfia Harbi, consultante et formatrice en stratégie et management d’entreprise, a présenté les opportunités qu’offre l’économie verte pour l’Algérie. Sachant que l’Algérie a ratifié tous les accords internationaux depuis RIO 92 sur le Développement durable, cela en travaillant sur « prise de conscience sur la protection de l’environnement, et la gestion rationnelle des ressources, tout en profitant des opportunités de croissance et de création d’emplois par l’investissement vert ».

Le rôle de l’entreprenariat vert dans l’économie nationale

L’entreprenariat vert, est défini comme étant : « un processus d’identification et d’exploitation d’opportunités économiques issue de carences de durabilité dans les activités sur le marché, incluant les aspects environnementaux pertinents » (Dean et McMullan).
Elles sont nombreuses, bien identifiées et constituent des enjeux majeurs pour l’Algérie. Le plan quinquennal 2015-2019 pour l’environnement et le développement durable confirment également les orientations de l’Algérie dans ce sens. Ainsi les engagements de l’Etat en matière d’efficacité énergétique et de transition vers les énergies renouvelables sont à même de créer jusqu’à 135 000 emplois à l’horizon 2030 et de consacrer une réindustrialisation significative de l’économie par l’incitation à la production d’éléments y afférents (Les panneaux et composants photovoltaïques, le silicium, les appareils d’acquisition de données, les transformateurs et les batteries solaires, les miroirs thermiques, les équipements de fluide caloporteur et de stockage d’énergie…)

L’économie verte constitue-t-elle une opportunité réelle pour développer et diversifier notre économie nationale ?
Deux études de référence sur la question, démontrent et confirment son potentiel exceptionnel de croissance en Algérie. Il s’agit de l’étude menée par la commission économique pour l’Afrique (CEA), en juillet 2014, intitulée « L’économie verte en Algé­rie, une opportunité pour diversifier et sti­muler la production nationale ». Et l’étude menée par la GIZ en mars 2011 l’intitulée « Economie verte en Algérie et employabi­lité des femmes et des jeunes ».

Les opportunités

C’est un marché 1000 milliards d’euros dans le monde et appelé à tripler d’ici à 2020.
En Algérie : Les études révèlent un potentiel exceptionnel (CEA et GIZ) :
-99% énergie fossile, polluante, tarissable et subventionnée
-Consommation ménage en énergie 40%
-Dommages environnementaux considé­rables (rejet et stock)
-Mécontentement de riverains (CET)
-Stress hydrique

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page