Nouveau système de surveillance internet 

Nouveau système de surveillance internet 

un bien nécessaire ?

EN OCTOBRE DERNIER, L’ALGÉRIE A CONNU UN INCIDENT SANS PRÉCÉDENT. UNE COUPURE GÉANTE D’INTERNET A ISOLÉ PRESQUE TOUT LE PAYS DU RESTE DU MONDE. EN PARALLÈLE, LE MINISTÈRE DES POSTES ET DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION A INSTALLÉ UN NOUVEAU SYSTÈME DE SURVEILLANCE. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, ABDELAZIZ BOUTEFLIKA, A NOMMÉ ABDELKADER SADOUNE À LA TÊTE DE CET ORGANE DE SURVEILLANCE INTERNET.

Par : Bilel Boudj

Cela va de soi, les Algériens sont très attachés à leur vie privée. Le nouveau système de surveillance internet a été installé à la même période où un câble de fibre optique fut accidentellement sectionné. L’installation de ce nouveau système a provoqué des polémiques au sein de la population, et une vive inquiétude des citoyens sur la protection de leur vie privée.

Les autorités rassurent

Le 10 novembre dernier, Abdelkrim Djadi, Procureur général et conseiller au ministère de la Justice, a affirmé sur les ondes de la Chaine 3, que «ce dispositif est destiné à pister les infractions à travers les TIC, à l’exemple des actes terroristes, des atteintes à la sûreté de l’Etat et du crime transnational organisé». Des paroles rassurantes, du moment que, selon ce responsable, uniquement les internautes qui commettent des infractions en rapport avec le terrorisme, le racket ou le grand banditisme, seront pistés.

«Il est du devoir de l’Etat de protéger les Algériens électroniquement», selon Houda Imène Feraoun

On ne le dit pas assez, internet est un vaste territoire inexploré à plus d’un titre. C’est, pour certains, « la version moderne du Far West ». La ministre des Postes et des Technologies de L’information, Houda Imène Feraoun, a mis en évidence, lors d’une conférence de presse tenue dernièrement, qu’Internet était devenu un espace dans lequel les Algériens publient quotidiennement leurs photos et des détails sur leur vie privée. La responsable de ce secteur laisse entendre qu’en vertu du contrat qui existe entre le peuple et l’Etat, il a été créé un organisme indépendant qui a pour but la protection de la vie privée des citoyens par voie électronique.

Ce dispositif est-il raisonnable et nécessaire dans les temps que nous vivons ?

Il y a cette nécessité de déceler des crimes commis à travers internet, argue Mme Feraoun. Ce qui fait que l’on ne peut douter de la nécessité d’un tel dispositif. Les dépassements ont rarement été observés mais les citoyens peuvent quand même s’inquiéter et demander des garanties sur la protection totale de leur vie privée.
La liberté qu’offre internet reste comme telle et ne changera pas. Big Brother n’utilisera, en principe, aucune donnée compromettante. On se doute que l’on ne verra pas placardées quelque part nos convictions politiques, salaire ou autre numéro de téléphone.
Au jour d’aujourd’hui, si pour certains observateurs, il n’y a pas lieu de s’inquiéter, car ce dispositif est utilisé par bon nombre de pays, a-t-on, pour autant, suffisamment de garanties que la vie privée des Algériens est réellement et totalement protégée ? C’est la question que se posent certains internautes qui, dorénavant, apprennent à « mesurer leurs paroles sur internet », se disent-ils.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page