Salon national de la micro-entreprise  dans le domaine culturel

Salon national de la micro-entreprise dans le domaine culturel

Opportunité pour les jeunes

L’AGENCE NATIONALE DE SOUTIEN À L’EMPLOI DES JEUNES (ANSEJ) CONTINUE D’ENCOURAGER LES JEUNES DIPLÔMÉS ALGÉRIENS PORTEURS D’IDÉES ET DE PROJETS À ENTREPRENDRE ET À SURMONTER LEUR HÉSITATION AFIN DE SE LANCER DANS LE MONDE DE L’ENTREPRENARIAT. POUR CONTINUER À MENER À BIEN CETTE TÂCHE SUR LE TERRAIN ET CONVAINCRE LE PLUS GRAND NOMBRE DE PERSONNES, LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’ANSEJ A INAUGURÉ, LE MOIS DERNIER, LE SALON NATIONAL DE LA MICRO-ENTREPRISE INTERVENANT DANS LE DOMAINE CULTUREL.

Par D. S.

Dans son allocution, en marge de l’ouverture de ce salon, le directeur général de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej), M. Mourad Zemali, a insisté sur l’importance de cette manifestation dans le développement de l’approche économique auprès des jeunes dans la création des projets liés au domaine de la culture.
Il a également ajouté qu’un accompagnement «personnalisé» des jeunes porteurs de projets est assuré, dans ce contexte, par l’Ansej, soulignant le rôle «leader» de la wilaya de Constantine dans l’encouragement à la création des projets culturels financés par l’Ansej.
M. Zemali a assuré qu’à travers ce salon, organisé par l’Ansej sous l’égide des ministères du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale et de la Culture sous le slogan «la micro-entreprise, moyen de développement et de relance culturelle», plusieurs jeunes diplômés peuvent voir leur vie changer grâce à l’aide assurée par l’Ansej. Cette dernière demeure un dispositif au service du développement local qui accompagne à ce jour les jeunes universitaires et diplômés des établissements de formation professionnelle qui sont «ciblés par des campagnes de sensibilisation autour d’idées émergentes, telles que la communication ou la production audiovisuelle ou artistique», a-t-il précisé.
Ce salon qui a connu un grand engouement de la part des citoyens, a offert une véritable opportunité de rencontre et d’échange entre les jeunes bénéficiaires des dispositifs publics d’appui à la création d’activités.

Des apprenants des centres de formation professionnelle, tout comme des étudiants de l’École des Beaux-arts de Constantine ainsi que les jeunes diplômés étaient parmi les premiers visiteurs.
En marge de ce salon qui a réuni 60 exposants spécialisés dans les métiers et les activités culturels dont 16 exposants de Constantine, plusieurs conférences et des tables rondes thématiques ont été abordées autour des sujets de l’entreprenariat, l’investissement et la professionnalisation de l’offre de la formation universitaire.
Pour permettre aux jeunes intéressés par la création d’un projet culturel rentable, l’Ansej a mis en place des fiches techniques pour «26 activités liées au domaine culturel». Ces dernières ont été validées par les services à compétences dans le cadre de la convention signée entre le ministère due Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale et l’Ansej , selon M. Zemali. L’Ansej serait actuellement en voie de recenser tous les projets culturels rentables en mesure d’être financés afin d’offrir aux jeunes la chance d’entreprendre.

Tablant sur la création de quelque 2400 entreprises dans le cadre de son partenariat avec Algérie Télé­com, en collaboration avec l’Asso­ciation nationale des jeunes béné­ficiaires des différents dispositifs de l’emploi, à travers la caravane natio­nale de la micro-entreprise lancée le 5 août dernier, l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) a affirmé que plus de 450 micro-entreprises sont en phase de création. Les jeunes diplômés chô­meurs ayant des idées susceptibles de donner naissance à des projets rentables sont invités à se rappro­cher des agences de l’Ansej.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page