Stephen Nitenberg, D.G. d’eShop

Stephen Nitenberg, D.G. d’eShop

«LE CONSOMMATEUR ALGÉRIEN ATTEND LE DÉVELOPPEMENT DU E-COMMERCE »

PREMIER SITE INTERNET DE VENTE EN LIGNE DE PRODUITS HIGH TECH EN ALGÉRIE, AVEC PAIEMENT PAR CARTE CIB, « ESHOP » EST UNE START-UP QUI A ÉTÉ CRÉÉE DANS LE CADRE DU PROGRAMME TSTART, DÉDIÉ À LA CRÉATION DE START-UP TECHNOLOGIQUES EN PARTENARIAT AVEC L’AGENCE NATIONALE DE DÉVELOPPEMENT DE LA PME ET L’OPÉRATEUR DE TÉLÉPHONIE MOBILE OOREDOO.

Entretien réalisé par Sabrina Aksouh

 Stephen Nitenberg (2)Dziri : Mr Nitenberg, qu’est-ce que eShop exactement ?

Stephen Nitenberg : eShop est une start-up toute nouvelle qui a été créée en 2014. C’est une entreprise algérienne de droit algérien qui emploie aujourd’hui une dizaine de salariés, mais qui est en pleine croissance et en plein recrutement. L’entreprise est spécialisée dans la vente en ligne de produits High Tech par e-paiement, un concept pour le moins original en Algérie.

S’il y a un pays qui doit aspirer aux ser­vices du e-commerce, c’est bien l’Algérie…

Comment l’idée de créer cette entreprise a-t-elle vu le jour ?

C’est une très bonne question. Nous étions en veille depuis plus de 3 ans sur le marché algérien, convaincus qu’un jour ou l’autre il évoluerait,  et que les conditions pour y faire du véritable e-commerce seraient réunies.  Le projet était déjà construit et planifié dans nos esprits parce qu’on y avait beaucoup travaillé. Nous connaissions donc bien le marché algérien grâce à notre actionnaire principal, mais il fallait encore attendre le bon moment. C’est en décembre 2013, lors de l’un de nos déplacements, que nous avions constaté que le déploiement de la 3G sur le sol algérien s’accélérait et qu’un certain nombre de choses concrètes allait se produire chez les opérateurs en 2014. Par ailleurs, nous avions également remarqué que les moyens de paiement électroniques commençaient à se mettre en place. Ce développement a été initié par un certain nombre d’acteurs, comme des banques et des institutions étatiques, en particulier grâce à  la carte CIB ainsi qu’au déploiement des cartes de crédits, qui reste néanmoins limité en Algérie. A partir de là, nous avons considéré que les conditions étaient bel et bien réunies. C’est ainsi que nous avons démarré  le projet et créé l’entreprise. Cela nous a pris toute l’année 2014, ce qui semblait relativement long, mais en même temps tous nos partenaires, ont considéré que ce que nous avions accompli dans ce délai était assez remarquable malgré les contraintes qui existent encore en Algérie et aux étapes administratives qu’il nous a fallu franchir également. Cela dit, nous sommes convaincus que la société algérienne est en attente de ce mode de commerce qui existe déjà partout, mais qui reste encore ici à l’état embryonnaire, chose qui nous semble totalement  en déphasage avec la jeunesse, dont plus de 70% ont moins de 35 ans. Nous sommes également convaincus que 2015 n’est pas l’année de l’explosion du concept du e-commerce en Algérie, mais celle où il faut prendre des positions sur le marché…

Le service e-commerce proposé par eShop est disponible au niveau de la Capitale et les livraisons des commandes s’effectuent en 48 h. Mais qu’en est-il des autres wilayas, à plus forte raison celles du grand sud ? Le même dispositif sera-t-il mis en place ? 

Il est important de savoir que l’aspect logistique est un élément très important dans le e-commerce.  En ce qui nous concerne, nous avons pris un parti extrêmement ambitieux, à savoir livrer à domicile nos clients dans un délai de 48 h avec notre propre flotte logistique, constituée de fourgons, de fourgonnettes et de scooters que l’on utilise selon le type de produit que nous avons à livrer. En ce sens, nous ne voulions pas dépendre de prestataires pour tenir nos engagements envers notre clientèle, justement parce que pour gagner sa  confiance sur un nouveau mode de consommation, il faut que l’on puisse maitriser la promesse qu’on lui fait. A partir de là, nous allons nous déployer sur l’ensemble des wilayas, avec nos propres moyens et nos propres entrepôts, puisqu’il y aura, en gros, 7 sites d’entreposage pour un nombre de 30 à 35 régions. La déclinaison  que l’on envisage maintenant afin d’assurer une présence à travers l’ensemble du territoire, est de fonctionner  avec des points-relais. Ce qui veut simplement dire, que l’on ne livrera pas le client directement chez lui, mais plutôt au niveau d’un point-relais.  Ceci dit, ce système là, ne peut être qu’un complément à notre service de livraison à domicile, c’est-à-dire qu’il ne sera opérationnel que sur des zones  où celle-ci ne pourra s’effectuer en 48h. Nous ne voulons surtout pas que le point-relais soit le cœur de notre dispositif. Tout ceci, c’est pour rassurer le client sur le sérieux la fiabilité et la crédibilité de nos services.

Lorsque l’on surfe sur le site eShop, l’on retrouve toutes sortes de produits High Tech, à l’image des smartphones, des tablettes, imprimantes et autres consommables. Tout sauf des ordinateurs et à plus forte raison des laptops. Pourquoi le site n’en propose-t-il pas ?

La raison est très précise. Pour revenir sur l’engagement que l’on prend vis-à-vis de nos clients, en plus de leur livrer dans les 48 h, nous leur promettons de ne leur vendre que des produits d’origine avec une garantie, mais aussi de récupérer le produit à domicile quand il est en panne et surtout de le réparer dans un délai compris entre une et deux semaines. Le problème qui se pose aujourd’hui se situe au niveau des SAV –Service Après Vente-  sur les PC portables, avec des délais de réparation qui se comptent en plusieurs semaines, voire plusieurs mois parfois. Pour y remédier, nous sommes en pleine discussion avec un certain nombre de marques, afin de trouver des solutions qui nous permettraient de répondre à l’engagement que l’on veut prendre vis-à-vis de notre clientèle. En définitive, tant que l’on ne dispose pas de solutions logistiques pour prendre un engagement de réparation dans un délai de une à deux semaines maximum sur tous nos produits, nous ne commercialiserons pas de laptops. Il est indéniable que les consommateurs ne sont satisfaits quant au SAV pour les PC portables. Donc, si c’est pour faire la même chose que ceux qui sont déjà installés ici, ça ne nous intéresse pas. Nous souhaitons pour notre part, garantir des services nouveaux et plus efficaces.  C’est pour cette raison, que nous ne commercialiserons ce type de produits que quand nous disposerons de solutions adéquates.

Site internet : www.eshop.dz

« Une fois nos promesses respectées et la confiance du consommateur gagnée, nous comptons nous déployer sur l’ensemble des wilayas, avec nos propres moyens et nos propres entrepôts, puisqu’il y aura 7 sites d’entreposage pour un nombre de 30 à 35 régions. »

echop

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page