vendredi , 26 mai 2017
Son Excellence Ernesto S. M. Gondra, Ambassadeur de la République Argentine en Algérie

Son Excellence Ernesto S. M. Gondra, Ambassadeur de la République Argentine en Algérie

L’Algérie est l’un des principaux partenaires de l’Argentine

LA SITUATION DE LA COOPÉRATION BILATÉRALE ENTRE L’ALGÉRIE ET L’ARGENTINE, LES PERSPECTIVES DE LES DÉVELOPPER POUR LES HISSER À DES RANGS PLUS IMPORTANTS, LES ÉCHANGES COMMERCIAUX ET LES DOMAINES QUI DEVRAIENT ÊTRE MIEUX EXPLORÉS, SONT AUTANT DE THÈMES ABORDÉS, DANS L’ENTRETIEN QUI SUIT, AVEC SON EXCELLENCE L’AMBASSADEUR DE LA ARGENTINE EN ALGÉRIE, MR ERNESTO S. M. GONDRA. CE DIPLOMATE LE RECONNAÎT ET SANS AMBAGES : L’ALGÉRIE EST UN PARTENAIRE TRÈS IMPORTANT POUR SON PAYS.

Ambassadeur de la République Argentine en Algérie 2Dziri : Lors la visite d’État du Président argentin en 2008, trois accords de coopération ont été signés : l’un dans les domaines de développement et l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire ; un autre sur l’échange d’expériences entre les agences de presse algérienne, Algérie presse service (APS), et argentine, Telam ; et, enfin, un accord dans le domaine de la santé publique et des sciences médicales. Où en est-on aujourd’hui ?

Son Excellence Mr Ernesto S. M. Gondra : La coopération entre l’Algérie et l’Argentine remonte à des années dans le domaine nucléaire. Pour preuve, le réacteur nucléaire que l’Algérie a construit en collaboration avec l’entreprise argentine Invap. L’année dernière, nous avons signé un contrat pour améliorer la performance du réacteur. Il faut dire, également, que la coopération technico-scientifique constitue un des aspects essentiels de la relation bilatérale, étant donné que l’Algérie est l’un des principaux partenaires de l’Argentine dans ce secteur. Ainsi, la Commission de l’énergie atomique d’Algérie (Comena), la Commission nationale de l’énergie atomique d’Argentine (Cnea) et la Société argentine Invap, travaillent ensemble depuis plus de vingt ans. En matière de média et de communication, la collaboration est en pleine expansion entre la TV publique algérienne et argentine. Concernant le secteur de la santé, l’Accord de coopération dans le domaine de la santé publique et des sciences médicales entre les gouvernements argentin et algérien, a été signé et a déjà été ratifié par l’Argentine. Je tiens à vous citer, à titre d’illustration, quelques secteurs de coopération avec l’Algérie dans le domaine de la santé : méthodes pour assurer la qualité et l’efficacité des médicaments et produits médicaux, systèmes d’enregistrement et fiscalisation desdits produits ; suivi et vigilance épidémiologique, optimisation de nos indicateurs dans le cadre des programmes de santé maternelle infantile, et échange d’expérience dans le secteur de la transplantation d’organes, les transplantations hépatiques et rénales.

L’Algérie et l’Argentine entretiennent de solides relations de coopération dans le domaine agricole. Quel est le volume des exportations vers l’Algérie ? Y a-t-il des relations de coopération dans le domaine de l’appui technique à l’élevage en Algérie ?

Considéré comme étant un géant mondial dans le domaine agricole, l’Argentine s’est positionnée en principal acteur sur les marchés internationaux, permettant la stabilisation des prix lors des périodes difficiles, comme les sécheresses et autres aléas climatiques qui affectent négativement la production ou les récoltes. Concernant la coopération entre les deux pays dans ce domaine, nous avons procédé à la création et sélection de variétés d’espèces fourragères résistantes au stress salin dans la région du bas Chlef, au développement des espèces de blé résistantes à la rouille, aux nouvelles tendances dans les systèmes d’inspection sanitaire officielle, coopération entre les instituts INRAA (Institut national de la recherche agronomique d’Algérie) et l’ITELV (Institut technique des élevages) du côté algérien et INTA (Institut national de technologie agricole) et INTI (Institut national des technologies industrielles), du côté argentin.

Plusieurs rencontres ont été organisées, durant les années précédentes, pour augmenter les échanges commerciaux entre les deux pays ; pouvez-vous nous fournir les dernières statistiques liées à ces échanges ? Et de quoi sont composées les exportations de l’Argentine vers l’Algérie, et pour quel montant ?

Il faut savoir que l’Algérie constitue l’un de nos marchés les plus importants du continent africain, et nous sommes parmi les dix premiers fournisseurs de l’Algérie au monde. Nos exportations vers ce pays sont autour de deux billions de dollars. D’ailleurs, l’Algérie est le premier partenaire commercial de l’Argentine en Afrique. Les principaux produits exportés en Algérie sont la poudre de lait, la farine et les pellets de maïs. L’Argentine exporte aussi d’autres produits tels que les sucreries, les pièces de rechange auto, les équipements hospitaliers, les produits pharmaceutiques, pour ne citer que ceux-là. Par ailleurs, l’Argentine participe annuellement aux salons et expositions qui se tiennent en Algérie, et qui voientt aussi la visite de différentes missions commerciales multisectorielles argentines.

À votre avis, serait-il possible d’augmenter les exportations algériennes vers l’Argentine ?

Effectivement, l’Algérie est l’un des principaux exportateurs mondiaux de gaz naturel liquéfié et de pétrole. Notre consommation en hydrocarbures a nettement augmenté ; nous avons, certes, nos fournisseurs, mais si l’Algérie nous propose notamment le gaz à de bons prix, nous sommes intéressés de collaborer avec votre pays.

Concernant les opérateurs économiques argentins qui souhaitent investir en Algérie, y en a-t-il ?

L’Algérie a des relations assez fortes avec d’autres régions du monde dans ce domaine, mais pas avec l’Argentine, voire même l’Amérique Latine. Cependant, il y a des possibilités pour des investissements réciproques. Il y a, entre l’Argentine et l’Algérie, un Accord pour la protection des investissements. Peut-être nos compagnies devraient davantage connaître les possibilités qu’offre votre pays. Les Argentins ont une grande sympathie pour les Algériens, et depuis que je suis en Algérie, je sens que c’est réciproque, étant donné les nombreux points communs qui existent entre l’Algérie et l’Argentine.

Dans quels secteurs les investisseurs argentins souhaitent-ils investir en Algérie ?

Le tourisme pourrait être un secteur qui intéresse les investisseurs argentins. Il s’agit également de la production des médicaments. Il faut dire que l’Argentine s’intéresse énormément au secteur de la sante.

Qu’en est-il du tourisme, y a-t-il des Algériens qui s’intéressent à l’Argentine ?

Oui, mais très peu. C’est un secteur qui n’est pas assez développé. Dans ce domaine aussi, il faudrait penser à introduire la destination Argentine. Il faut également prendre en considération plusieurs paramètres. Et comme le touriste algérien préfère voyager en famille, il faut donc proposer des tarifs bien étudiés. Il y a, d’autre part, des inconvénients, comme l’absence de ligne aérienne directe entre l’Algérie et l’Argentine. L’Argentine n’est pas, aujourd’hui, suffisamment connue comme étant un pays touristique, mais plutôt pour le football. Cela nous pousse à doubler d’efforts pour intéresser davantage les agences de tourisme.

Un dernier mot ?

L’Argentine est un pays de grande immigration qui possède une forte provenance de peuples de la Méditerranée, particulièrement l’Espagne et l’Italie. Cette situation fait qu’il y a une entente particulière avec des pays comme l’Algérie. L’Algérie offre des avantages en raison de sa très faible dette extérieure, sa stabilité politique, ses Accords d’investissements avec plus de trente pays, ainsi que les coûts relativement bas de l’énergie et la disponibilité de main-d’oeuvre à bon marché. Nous observons, avec grand intérêt, le projet de modifications à la législation inhérente aux investissements étrangers contenus dans la loi de finances qui contribueront certainement à faciliter les investissements en Algérie, sans oublier les négociations pour l’adhésion de votre pays à l’Organisation mondiale de commerce (OMC). Je voudrais aussi féliciter l’Algérie pour ses efforts afin d’assurer la paix et la sécurité internationale encourageant le dialogue et la coopération dans la région. Votre pays constitue un exemple de détermination pour faire face au terrorisme international et ses crimes connexes, ainsi que les menaces transnationales en Afrique du Nord.

Les commentaires sont fermés.

Revenir en haut de la page