Son Excellence Kuldeep Singh Bhardwaj, Ambassadeur de l’Inde en Algérie

Son Excellence Kuldeep Singh Bhardwaj, Ambassadeur de l’Inde en Algérie

«Il existe un potentiel important pour améliorer les exportations algériennes vers l’Inde»

DANS CET ENTRETIEN, SON EXCELLENCE KULDEEP SINGH BHARDWAJ, AMBASSADEUR DE L’INDE EN ALGÉRIE, DÉVELOPPE L’IDÉE DE COOPÉRATION ENTRE NOTRE PAYS ET L’INDE. UNE COOPÉRATION QUI SE RENFORCE CES DERNIÈRES ANNÉES, SELON LUI. ENTRETIEN. Propos recueillis pDANS CET ENTRETIEN, SON EXCELLENCE KULDEEP SINGH BHARDWAJ, AMBASSADEUR DE L’INDE EN ALGÉRIE, DÉVELOPPE L’IDÉE DE COOPÉRATION ENTRE NOTRE PAYS ET L’INDE. UNE COOPÉRATION QUI SE RENFORCE CES DERNIÈRES ANNÉES, SELON LUI. ENTRETIEN.

Propos recueillis par Par Sandra Touat

«Je prédis une émergence d’une forte relation entre l’Inde et l’Algérie, particulièrement dans les secteurs commerciaux et économiques ainsi que dans le domaine politique.»

«Bien que l’Inde soit le 10ème exportateur vers l’Algérie, il existe d’énormes possibilités et un potentiel pour une amélioration.»

Dziri : La coopération entre votre pays et l’Algérie semble prendre un nouvel élan en 2014. Quelles évaluations faites-vous de ces échanges ? Son Excellence Kuldeep Singh Bhardwaj : Développer des relations diplomatiques entre deux pays présente toujours de nouveaux challenges. L’Inde et l’Algérie ont d’anciennes relations qui se sont consolidées au cours des 50 dernières années. 2014 ne constitue pas une nouveauté, puisque la relation entre les deux pays est continuelle, des efforts sont déployés de la part des deux parties qui ont pour but d’améliorer cette relation dans les domaines politique, commercial, économique, culturel, sécuritaire et défense. En résumé, l’Inde et l’Algérie sont deux pays en voie de développement qui se complètent sur le plan politique et économique. Nous avons aussi des similitudes en ce qui concerne l’héritage culturel et les valeurs. Par voie de conséquence, la culture indienne est très populaire en Algérie et vise versa. Mon évaluation personnelle est que les deux pays puissent avancer main dans la main afin d’atteindre l’unique objectif d’améliorer le niveau de vie des populations. L’Inde est déjà une économie émergente et l’Algérie fournit d’immenses efforts afin d’atteindre ce statut à l’horizon 2020, et nos deux pays doivent s’aider pour préserver la paix, la stabilité et la prospérité de nos peuples. Concernant les échanges entre les deux pays, quel est le montant des importations ? Quels sont les produits qui sont concernés par ces importations ? Le commerce entre les deux pays a atteint approximativement 3,5 milliards de dollars en 2011 mais qui a malheureusement régressé à 2,2 milliards de dollars en 2013 à cause de la réduction de l’exportation de pétrole et gaz naturel de l’Algérie. L’Inde est un pays déficitaire en termes d’énergie et ses besoins en pétrole et gaz qui sont estimés à 200 milliards de dollars dépendent en majorité des importations. Les exportations algériennes constituent seulement 0,5% de cette importation globale. Par conséquent, il y a un potentiel important d’exportations vers l’Inde, particulièrement le pétrole et le gaz naturel. L’Algérie exporte principalement le pétrole brut, GNL,  GPL, engrais phosphatés et du cuir  . Il existe un potentiel important pour améliorer les exportations algériennes vers l’Inde.

Quels sont les principaux axes de coopération que vous privilégiez avec l’Algérie ? Comme mentionné auparavant, l’énergie est un secteur où l’on peut coopérer et augmenter les exportations algériennes. L’Inde, avec une population de 1,2 milliard d’habitants, est toujours préoccupée par sa sécurité alimentaire. Heureusement nous avons réalisé l’auto-suffisance en céréales alimentaires et nous exportons des produits alimentaires, dont le blé, le riz, la viande, le lait, les produits laitiers, etc. Cependant, afin de maintenir ceci, l’Inde a besoin d’une grande quantité d’engrais chimiques tels que l’urée et le phosphate. Étant donné que l’Algérie a un surplus de gaz, elle peut aider l’Inde dans le domaine des engrais à base de gaz. En réalité, nous avons exprimé notre intérêt à plusieurs reprises de créer une société mixte en Algérie avec un capital indien en utilisant le gaz naturel algérien pour la production d’engrais avec une exportation de l’ordre de 100% vers l’Inde. Dans le domaine des technologies de l’information et communication, l’Inde peut aider l’Algérie puisque l’Inde est connue sur l’échelle mondiale pour ses capacités dans ces domaines. Autres secteurs aussi importants : les médicaments, la construction, l’hôtellerie et le tourisme ainsi que l’agriculture. Les technologies développées par l’Inde pour la production des céréales peuvent aussi être partagées avec l’Algérie qui était connue en tant que le grenier de l’Europe, mais malheureusement aujourd’hui, elle doit importer une partie de ses besoins alimentaires. Les investisseurs indiens rencontrent-ils des difficultés dans notre pays, si c’est oui, lesquelles ? Il est normal d’investir avec un pays étranger lorsqu’on fait du commerce ; il existe toujours quelques difficultés inhérentes, si cela est entrepris dans le pays originaire. Le premier problème que les investisseurs indiens rencontrent est la langue, car l’Inde est anglophone. Par conséquent, la communication devient parfois difficile. L’autre problème est la mauvaise compréhension des lois locales et de la réglementation en Algérie ce qui crée des obstacles pour les investisseurs. Les sociétés indiennes sont très intéressées par l’investissement en Algérie. À présent, il existe 15 sociétés indiennes qui activent en Algérie dans différents secteurs tels que, comme je l’ai souligné plus haut, la transmission de l’électricité, les chemins de fer, la construction, les médicaments, l’hôtellerie, etc. L’Inde s’intéresse de près à l’économie algérienne. Pourtant, les échanges économiques ne sont pas aussi riches que les échanges politiques ; quelles en sont les raisons ? J’approuve le fait qu’il existe un potentiel important pour renforcer les relations économiques et commerciales entre l’Algérie et l’Inde. L’Inde est le 10ème exportateur vers l’Algérie. De même, l’Algérie peut augmenter ses exportations de pétrole et de gaz naturel vers l’Inde. Notre premier objectif est d’améliorer nos échanges commerciaux et économiques avec l’Algérie et pour cette raison, nous accueillons toujours les délégations d’affaires algériennes pour venir en Inde et nous encourageons les businessmen indiens à visiter l’Algérie. Le récent exemple est le Séminaire sur la coopération dans le secteur de la construction qui sera organisé à l’hôtel Hilton le 5 mai 2014 où des businessmen indiens peuvent rencontrer leurs homologues algériens, envisageant un important investissement de l’ordre de 200 milliards de dollars au courant des cinq prochaines années. J’insiste sur le fait que les causes du volume modeste du commerce et d’investissement résident dans le manque d’information des deux parties, la distance physique et géographique, l’obstacle linguistique et l’incompréhension des lois locales et de la réglementation. Que peuvent apporter l’Inde et l’Algérie mutuellement pour leur développement économique ? Comme je l’ai déjà mentionné, il existe un potentiel important pour les échanges économiques entre l’Inde et l’Algérie. Nous avons libéré l’économie au début des années 1990 et les résultats sont constatés par tout le monde. Le développement du secteur privé, la libre entreprise, la bureaucratie positive et la réduction de la complexité des lois et réglementations vont certainement améliorer le climat économique. Le commerce et les investissements sont toujours comme de l’eau qui coule vers des endroits accessibles. Dans ce domaine, l’Inde peut aider l’Algérie avec son expérience. Aussi, le développement des petites et moyennes entreprises est un secteur ou l’Algérie peut partager l’expérience indienne. Comme je l’ai déjà dit, les technologies de l’information et communication, les médicaments, les sciences spatiales, le secteur de construction, le tourisme, l’hôtellerie, etc., sont quelques domaines où les informations et technologies peuvent être transmises de l’Inde vers l’Algérie. Nous souhaitons partager l’expérience algérienne dans le secteur de l’énergie et la coopération sécuritaire où l’Algérie possède une grande expertise. Qu’exporte l’Inde vers l’Algérie ? Les exportations indiennes vers l’Algérie ont atteint 1,3 milliard de dollars en 2013 et celles-ci sont variées. Nos exportations vers l’Algérie sont les voitures et les pièces de rechange (Marutien Algérie est considéré comme la voiture de l’enseignant), les médicaments, la viande congelée, produits d’engineering, tuyaux, pois chiches, café, lait, produits laitiers, etc. Bien que l’Inde soit le 10ème exportateur vers l’Algérie, il existe d’énormes possibilités et un potentiel pour une amélioration. Par exemple, le même médicament importé d’un pays développé coûtera au moins trois fois plus cher que s’il est importé de l’Inde, essentiellement à cause du faible coût de la recherche et le développement de nouveaux produits en Inde.

«Nous délivrons des visas touristiques et d’affaires après 24 heures sans trop de complexité.»

DZIRI mai 2014 50 Les investissements étrangers ont tendance à se plaindre du climat des affaires en Algérie, pensez-vous que la réglementation en vigueur puisse freiner, d’une certaine manière, le développement des échanges ? Comme je l’ai dit, investir et faire du commerce avec des pays étrangers est toujours plus difficile que de le faire dans son propre pays. Il existe des difficultés inhérentes à la compréhension des lois et réglementations, complexité de l’atmosphère des affaires et obstacles pour la communication, ainsi que la distance géographique. Les investisseurs indiens ont dû faire face à quelques problèmes en Algérie, mais nous avons toujours essayé de trouver des solutions en coopération avec le gouvernement algérien et le secteur privé. Cependant, il existe d’énormes possibilités pour que le climat d’affaires s’améliore, ce qui réduira certainement ces problèmes pour les investisseurs étrangers et les obstacles économiques. Comment voyez-vous les relations algéro-indiennes après 2014, fin du plan quinquennal 2010-2014 ? Je prédis une émergence d’une forte relation entre l’Inde et l’Algérie, particulièrement dans les secteurs commerciaux et économiques ainsi que dans le domaine politique. Nos deux pays sont des pays en voie de développement avec des aspirations d’améliorer le niveau de vie de leurs citoyens. L’agenda politique entre les deux pays va-t-il être marqué par des visites ministérielles ? Oui certainement. Nous avons eu la visite de notre ministre d’État pour les Affaires extérieures à Alger, en juillet 2013. Nous avons des mécanismes de consultations politiques entre les ministères des Affaires étrangères et une commission mixte. Je suis convaincu qu’il y aura d’importantes visites ministérielles des deux parties. Étant donné que les élections présidentielles en Algérie se sont déroulées et que nous, en Inde, nous terminerons nos élections parlementaires au mois de mai 2014, je prédis des échanges politiques dans un futur proche puisque de nouveaux gouvernements seront établis dans les deux pays. Quel pronostic pourriez-vous finalement formuler à propos de l’évolution des relations algéroindiennes ? Je suis très optimiste. Nous aurons une relation très brillante entre l’Inde et l’Algérie dans le futur, comme cela fut dans le passé. Qu’en est-il des facilitations pour l’obtention du visa ? L’Inde est l’un des pays où l’octroi de visa est très facile. Nous délivrons des visas touristiques et d’affaires après 24 heures sans trop de complexité. Nous accueillions toujours nos frères et soeurs algériens à l’Ambassade pour l’octroi de visas et pour les renseigner sur les possibilités de commerce. Un mot aux Algériens… Je souhaite répéter ce que les Algériens comprennent Janne Tu, One, Two, Three, Vive l’Algérie et vive l’amitié entre l’Inde et l’Algérie. Aussi, je souhaite une très belle performance à l’équipe algérienne à la Coupe du monde de football au Brésil.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page