chirurgien cardiaque à la clinique Chifa Dr Chekib Benkelfat,

chirurgien cardiaque à la clinique Chifa Dr Chekib Benkelfat,

«Les maladies cardio-vasculaires sont les premières causes de mortalité dans le monde et en Algérie»

LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES GAGNENT DU TERRAIN, VU LA MULTIPLICATION DES RISQUES LIÉS PRINCIPALEMENT AU STRESS, AUX MAUVAISES HABITUDES ALIMENTAIRES ET À L’HYGIÈNE DE VIE, MAIS AUSSI AU TABAGISME, À L’OBÉSITÉ, AU DIABÈTE, ET À L’HYPERTENSION. COMMENT FAIRE POUR PRÉVENIR ET TRAITER CES MALADIES ? LE POINT AVEC DR CHEKIB BENKELFAT, CHIRURGIEN CARDIAQUE À LA CLINIQUE CHIFA À ALGER.

Propos recueillis par Sandra Touat

«Aujourd’hui, avec les progrès socio- économiques enregistrés depuis ces trente dernières années dans les pays en voie de développement, les hommes et les femmes partagent souvent les mêmes risques d’être touché par l’insuffisance cardiaque.»

Dziri : Dans l’éventail des maladies existant en Algérie, quelle est la part des maladies cardio-vasculaires ? Dr Chekib Benkelfat : Les maladies cardio-vasculaires sont les premières causes de mortalité dans le monde et en Algérie. Ces maladies sont en très nette progression et surviennent à un âge de plus en plus avancé ; cela en raison d’un vieillissement de la population et d’une mauvaise hygiène de vie. Parmi les maladies cardio-vasculaires, nous citons l’exemple de l’insuffisance cardiaque.

Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

L’insuffisance cardiaque indique que le coeur n’arrive plus à pomper efficacement le sang et à le faire circuler normalement dans l’organisme ; elle représente l’aboutissement d’un certain nombre de pathologies cardiaques ou extra cardiaques ; les organes ne reçoivent plus suffisamment d’oxygène ni l’élément nutritif, ils fonctionnent moins bien et comme au ralenti. Au début, le corps s’adapte mais à la longue, cette adaptation contribue à affaiblir davantage le coeur. De plus, les reins n’arrivent plus à éliminer les déchets, expliquant certains des symptômes et complications.

Cette pathologie est-elle répandue en Algérie ?

Le nombre de personnes qui sont atteintes d’insuffisance cardiaque et vivant avec la maladie, est en hausse. Cette augmentation s’explique par le vieillissement de la population. De plus, le nombre de personnes atteintes de pathologie cardiaque – comme l’hypertension artérielle – non diagnostiquée et sans prise en charge est en nette augmentation. La découverte de ces maladies cardiaques se fait au stade de l’insuffisance cardiaque. Résultat : les personnes qui ont subie des lésions au coeur vivent moins longtemps. Or, lorsque votre coeur est affaibli, vous êtes plus susceptible de souffrir d’insuffisance cardiaque.

À combien estimez-vous le nombre de personnes touchées ?

Le vieux cliché des maladies cardiovasculaires qui ne touchent que les hommes corpulents et stressés dans les pays développés vers 40 ou 50 ans ne correspond plus à la réalité actuelle. Aujourd’hui, avec les progrès socio- économiques enregistrés depuis ces trente dernières années dans les pays en voie de développement, les hommes et les femmes partagent souvent les mêmes risques. Les pathologies cardiovasculaires ont connu une mutation avec la disparition progressive des maladies liées à la pauvreté, et on assiste à une explosion des maladies appartenant aux pays riches et industrialisés. Parmi les infections à l’origine d’une insuffisance cardiaque, on trouve le plus souvent d’autres maladies cardio-vasculaires telles que l’hypertension artérielle ou l’insuffisance coronaire…faut t-il rappeler que chez le patient âgé, il faut tenir compte de toutes les pathologies associées et ne pas focaliser uniquement sur un seul organe. Quelle sont les symptômes de cette pathologie ? Les symptômes peuvent être très différents d’une personne à une autre, selon le stade de l’insuffisance cardiaque. Les principaux symptômes de l’insuffisance cardiaque sont causés par la rétention du liquide, par la congestion ou la mauvaise circulation du sang dans le corps. En plus des symptômes physiques de l’insuffisance cardiaque à un stade avancé, le patient va perdre son autonomie de vie ne pouvant assumer aucun effort physique.

Quel genre de moyen disposons-nous pour la prise en charge de cette maladie ?

La cardiologie, comme beaucoup d’autre domaine de la médecine, a énormément bénéficié de progrès de la science. Elle s’est dotée de moyens matériels technologiques et de plus en plus sophistiqués qui permettent des diagnostics de plus en plus précis. Les structures se modernisent et s’adaptent aux nouveaux défis. Il faut aussi souligner que le secteur de la santé publique et privée sont complémentaires dans la prise en charge de ce grand défi de santé.L’Algérie, par l’extension et la densification de son réseau sanitaire, permet et permettra de rapprocher les structures de santé du citoyen, ainsi, les malades seront bien suivis, et traités avec des moyens modernes. Au niveau de la prévention, quels conseils donnez-vous pour éviter cette dangereuse pathologie du coeur ? Les premières mesures de prévention à prendre consistent à réduire les facteurs de risques. Ces derniers sont les mêmes que ceux qui exposent aux troubles cardiaques consécutifs à l’athérosclérose – l’angine de poitrine. Ils sont intimement lies aux habitudes de vie : une alimentation saine et variée, de l’exercice physique, l’arrêt du tabac ainsi que la consultation périodique chez son médecin pour un bilan de santé, sont des gestes à suivre pour prévenir cette maladie.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page