Ryad Oussedik, PDG DE NOVASUP

Ryad Oussedik, PDG DE NOVASUP

 

RYAD OUSSEDIK FAIT PARTIE DE CETTE GÉNÉRATION D’ENTREPRENEURS QUI AVAIENT «TOUT» AILLEURS ET QUI ONT PRÉF ÉRÉ REVEN I R AU PAYS POUR INVESTIR DANS UN CRÉNEAU NOVATEUR. CE N’EST PAS UNIQUEMENT UNE HISTOIRE D’INVESTISSEMENT, IL S’AGIT AUSSI DE «S’INVESTIR» POUR DÉVELOPPER UNE ENTREPRISE ET UN SEGMENT D’ACTIVITÉ «NOUVEAU» EN PLEIN ESSOR. DANS CET ENTRETIEN, RYA D O USSEDIK REVIENT SUR SON AVENTURE APPELÉE NOVASUP.

Entretien réalisé par Samir Fadel

Dziri : Vous êtes le PDG de NOVASUP, une entreprise spécialisée dans le développement de systèmes innovants liés au monde publicitaire. Pouvezvous, dans un premier temps, revenir sur votre trajectoire professionnelle ?

Ryad Oussedik : Initialement installé au Luxembourg, j’ai décidé de renter en Algérie, en 2008, pour des raisons objectives qui tiennent aux multiples potentialités qu’offre le développement de notre pays, aux possibilités de participation qui nous sont offertes, au soutien qu’apporte le Gouvernement aux initiatives et créations des jeunes, et également au «manque incommensurable» du pays. En janvier 2009, après une étude de marché, j’ai créé l’entreprise NOVASUP avec pour objectif : la promotion des techniques les plus récentes, de la communication, de la stratégie média, de la recherche et du développement de solutions innovantes liées au monde publicitaire. L’extension de notre projet est le fruit d’une confiance partagée et d’une fructueuse collaboration entre NOVASUP et des dirigeants d’entreprises avec lesquels s’est instauré un climat de respect et de confiance. Ils nous ont apporté un soutien qui ne s’est jamais démenti. Je les en remercie bien sincèrement. Je tiens à souligner avec une réelle fierté, que notre entreprise a été choisie par de grands noms de la presse nationale. D’ailleurs, l’aspect innovant et prometteur de notre entreprise nous a valu de nombreux encouragements gouvernementaux et privés. Il ne peut vous échapper également que le succès de NOVASUP est inhérent et inséparable de la qualité de ses ressources humaines. Actuellement, l’entreprise emploie un grand nombre d’universitaires diplômés, à l’expérience et aux compétences avérées. Je tiens à rendre un grand hommage à toutes et à tous ceux qui m’entourent qui, quotidiennement, donnent le meilleur d’eux-mêmes, et font progresser admirablement nos projets. NOVASUP, c’est le fabuleux esprit d’équipe, le professionnalisme, la complémentarité et le remarquable dynamisme, qui caractérisent l’ensemble de ses différentes actions et réalisations. NOVASUP, c’est aussi l’exemple de tout l’apport qualitatif que peut apporter notre jeunesse au développement national, pour peu qu’on lui fasse confiance, qu’elle soit écoutée et soutenue. Cette confiance et ce soutien nous sont plus que jamais nécessaires pour rester performant et pour améliorer constamment nos services par un persévérant transfert technologique. Sans cet encouragement, il nous sera très difficile de pouvoir relever de nouveaux enjeux et de nouveaux défis, ou d’investir dans des créneaux de pointe afin de ne pas se laisser distancer dans ce monde soumis à de continuels et profonds bouleversements, notamment technologiques.

Pouvez-vous nous dire pourquoi ce choix, à savoir un créneau attractif et difficile ?

C’est, pour moi, une véritable passion, renforcée par une simple évidence ! Nous vivons une époque de progrès technologique captivante. Nous sommes passés des ordinateurs «de maison», aux PC portables ; aujourd’hui, nos enfants de 3 ans utilisent une tablette ou un smartphone comme un simple jouet. De la société industrielle du 20ème siècle, l’on est passé à la société de l’information du 21ème siècle. L’évolution actuelle des TIC signe les prémices d’une véritable révolution aux plans économique, social, culturel et politique. Une révolution qui ne sera pas sans conséquences profondes sur nos modes de vie et l’organisation de nos sociétés. Quelles en seront les retombées sur l’économie et la société ? Quelles implications pour les pouvoirs publics ? Au cours des dix prochaines années, ce sont les technologies de l’information qui seront le principal moteur de l’évolution économique et sociale, et participeront à l’économie hors hydrocarbures. Si l’on souhaite parvenir rapidement, en Algérie, aux immenses possibilités des technologies du XXIème siècle, et particulièrement à celles de l’information, les pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens doivent adopter rapidement une culture d’innovation, d’expérimentation, de création et d’ouverture au changement. Il appartient aux pouvoirs publics de veiller, dans la mesure du possible, à maîtriser les risques potentiels et les effets secondaires indésirables des nouvelles technologies, sans pour autant entraver le dynamisme technologique, économique et social. Ce sont là quelques uns des points sur lesquels se fonde la création de NOVASUP avec une dynamique technologique complémentaire et en symbiose avec certaines priorités nationales.

Le développement des applications mobiles est un secteur «nouveau» en Algérie ; avez-vous eu les soutiens nécessaires pour développer votre société, notamment celui des pouvoirs publics ?

Internet sur mobile ouvre un grand nombre d’horizons nouveaux, améliore l’accessibilité des citoyens aux différentes applications qui peuvent être consultées, crée «un bassin d’emplois» et offre à l’Algérie la possibilité d’être rapidement compétitive dans le développement de services et d’applications sur plateforme mobile. Un défi dans lequel NOVASUP se retrouve parfaitement en s’engageant à participer pleinement à sa réussite, pour peu que les contraintes ne soient pas insurmontables. La réussite de cette opération va de paire avec les efforts, les encouragements du Gouvernement et l’engagement citoyen de chaque opérateur pour un raccordement optimisé de la population à des tarifs accessibles au plus grand nombre. Il revient à chacun, dans son domaine, de concourir à la pleine réussite de cette opération. La volonté d’aller vers l’édification d’une société de l’information et de généraliser la technologie numérique sur l’ensemble du territoire national a été affirmée à plusieurs reprises au plus haut niveau de l’État. S’agissant de NOVASUP, notre collaboration avec d’importants médias nationaux et des entreprises dynamiques et innovantes, comme les opérateurs mobiles, montre chaque jour les résultats encourageants de cette fructueuse et confiante collaboration. La jeunesse a besoin de retrouver un tel esprit au niveau de certaines administrations dont on est en droit d’attendre de véritables actes traduisant une plus grande attention et un réel soutien. Un tel encouragement nous est nécessaire, plus que jamais, pour nous investir dans des créneaux de pointe afin de pouvoir relever les défis d’un monde soumis à de profonds bouleversements, notamment technologiques. Pour conclure, il est clair que le développement de ce secteur nécessite dans l’étape actuelle un soutien de l’État, dans le cadre d’une stratégie nationale qui doit bannir les solutions de facilités ou toute forme d’État providence.

Pouvez-vous nous donner plus de détails sur les différentes offres de service de votre entreprise ?

Riche de plusieurs pôles, NOVASUP opère dans plusieurs secteurs d’activité comme les réseaux d’affichages intelligents dédiés au domaine publicitaire, le comptage de flux humains dédiés aux plateformes accueillant un large public, la gestion des réseaux sociaux ou dans les applications mobiles. Nous nous sommes attachés à créer une subdivision du pôle développement qui HOMME DU MOIS 47 DZIRI juillet 2014 est chargé des innovations liées aux différentes plateformes mobiles. En créant un pôle spécifique – APPLINOVA – nous matérialisons notre volonté d’innover dans le secteur des applications mobiles. Aujourd’hui, NOVASUP est agréé par Apple, Google et BlackBerry. Nous croyons également au développement de Windows phone & tablette ; pour le moment, je ne peux vous en dire plus, certaines opérations et discussions sont en cours. De ce fait, nos applications sont disponibles sur les stores officiels (marché virtuel d’applications). Notre objectif est simple : développer des innovations algériennes compétitives, y compris sur la scène internationale. Nous sommes chargés de la vente et de la gestion d’espaces publicitaires en partenariat et sous le contrôle des différents partenaires avec lesquels nous coopérons. Nous faisons également partie de la grande famille publicitaire algérienne via notre pôle média, chargé de la commercialisation des espaces publicitaires. Simultanément, nous étudions de nouvelles solutions spécialement dans le domaine de l’affichage publicitaire pour apporter un appui technologique aux clients ; à ce titre, nous coopérons étroitement avec INNOMEDIA, une régie d’affichage dynamique présente dans une quinzaine de villes, composée de jeunes performants qui souhaitent donner une nouvelle définition à son coeur d’activité ; tout en apportant des nouvelles solutions.

«NOVASUP, c’est aussi l’exemple de tout l’apport qualitatif que peut apporter notre jeunesse au développement national, pour peu qu’on lui fasse confiance, qu’elle soit écoutée et soutenue.»

Avec l’arrivé de la 3G et bientôt de la 4G en mode mobile, cela a-t-il boosté votre plan de charge ?

La 3G est une véritable révolution numérique sur l’ensemble du territoire national. Un grand marché de services et de produits va se créer et se développer assez rapidement avec pour principale conséquence une véritable révolution sur nos modes de vie et l’organisation de nos sociétés. S’agissant des entreprises implantées en Algérie, l’arrivée de la 3G et de la 4G va constituer l’occasion adéquate pour moderniser le partage d’informations, réadapter en conséquence les applications de gestion ou de suivi, les processus de management et réaliser de la sorte des gains substantiels de productivité et une plus grande capacité d’adaptation face à la dure concurrence imposée par la mondialisation. Nous devons aspirer à un environnement d’information et préparer l’accès aux générations télécoms. Les opérateurs vont pouvoir, en ce qui les concerne, commercialiser de nouveaux services comme la vidéo à la demande, le jeu en ligne ou du contenu édité localement. Les services de Cloud (stockage de fichiers en ligne) vont pouvoir se généraliser, pour les professionnels et les particuliers, grâce au haut débit partout, tout le temps. Il sera possible de tout consulter en temps réel. Une multitude de services et d’activités pourront ou seront accessibles à distance. Ainsi, les NTIC n’ont pas de mérite seulement pour les affaires, mais aussi pour l’épanouissement individuel et le divertissement. C’est à cela que s’attache NOVASUP qui, à l’instar des autres entreprises, ne manquera pas d’être, certainement, «boostée». Je crois beaucoup au développement de ce segment de marché dans les mois qui viennent, du fait du lancement de la 3G et bientôt de la 4G qui est un réel plus pour l’utilisation des smartphones et tablettes, compte tenu de la taille du marché algérien et de la jeunesse de sa population. Il convient de se féliciter, également, des efforts et des moyens extrêmement importants, pour les réseaux terrestres, dégagés par le Gouvernement qui a accordé à Algérie Télécom un crédit de trois milliards de dollars à la seule généralisation des réseaux et équipements en fibre optique. C’est là un effort prometteur qui mérite d’être souligné. une phrase qui attire, qui fait réfléchir et qui montre via les dizaines de milliers de visites sur le site www.programme2014. com que l’affichage urbain peut être un excellent vecteur vers le monde digital. La nouvelle campagne «Monsieur le Directeur général, que faites-vous pour l’innovation ?» a été implémentée uniquement sur des bus. Nous essayons à notre échelle d’attirer la curiosité, de susciter une interrogation et l’attention des entreprises et du public. Pour la petite anecdote, une grande entreprise où notre dossier était en instance chez le DG, a reçu un accord favorable, quelques jours après le lancement de notre campagne. Notre message se veut éthique et professionnel avec pour objectif la possibilité de développer une application mobile et de la promouvoir. Notre rôle, c’est aussi d’accompagner le monde des applications mobiles à être mieux compris par tous.

Comment ces applications-là peuventelles améliorer le quotidien des simples citoyens et des entreprises ?

Les citoyens peuvent collaborer pour améliorer leur quotidien. Ces applications leur permettent de communiquer, trouver, rapporter et faire connaître leurs problèmes. Le simple fait de sentir qu’on est écouté et qu’on prenne le temps de bien nous expliquer les décisions peut avoir un impact surprenant sur la perception du citoyen envers son administration. Celui-ci sent qu’il peut jouer un rôle dans sa communauté et que ses inquiétudes ou questionnements sont pris au sérieux. Ce contexte est favorable à susciter la participation citoyenne. Les nombreux avantages d’ouvrir le dialogue avec la population pourraient se résumer à la création d’une cohésion sociale et une dynamisation de nos milieux. Au niveau des entreprises, des dispositifs d’écoute des besoins des clients et de mesure de leur satisfaction sont à mettre en place dans les secteurs et sur les produits et/ou services considérés comme prioritaires. Au fur et à mesure de l’avancement des actions, puis de leur évaluation, la démarche est réorientée. Des actions supplémentaires sont lancées, des dispositifs sont étendus ou systématisés. Le système qualité se construit. La communication et la formation doivent accompagner le processus. Lorsque l’on sait que le principal objectif de toute entreprise est de faire des profits, et donc de séduire toujours plus de clients afin de les fidéliser, la nécessité du management de la qualité en entreprise s’explique aisément. Pour toute entreprise qui, pour survivre, doit satisfaire un marché, le fait de répondre aux exigences du client est absolument vital. Lorsque les clients ne sont pas satisfaits, ils peuvent toujours acheter ailleurs. Par conséquent, la qualité est le noyau d’une entreprise.

À cours à terme, peut-on parler ou peut-on espérer l’évolution vers la «société numérique» en Algérie ?

Le digital est une nouveauté qui émerge rapidement. En quelques années, il a gagné tous les secteurs de la société : la recherche scientifique, l’innovation technologique, le monde économique, les médias, l’éducation, l’administration… L’importance de l’aspect communication interpersonnelle, notamment à travers l’émergence des réseaux sociaux, a dissimulé la question de la puissance économique ou militaire directement liée à la maîtrise des données. Face à la mondialisation où le rôle des États nations semble s’affaiblir, le numérique sera au coeur des mécanismes de transformation des structures de gouvernance mondiale. La diplomatie internationale, la domination économique, la capacité à faire ou non la guerre sont de plus en plus inséparables de la «puissance numérique». Beaucoup de secteurs de notre vie sont concernés, certains semblent relever de choix individuels, d’autres sont plutôt dans le domaine de la responsabilité collective et sont directement liés aux choix politiques. Une partie du financement de la recherche et de l’innovation dans ce secteur économiquement très porteur est aussi largement influencée par les décisions du Gouvernement. L’utilisation des ordinateurs et d’internet

«Si l’on souhaite parvenir rapidement, Du tac au tac en Algérie, aux immenses possibilités des technologies du XXIème siècle, et particulièrement à celles de l’information, les pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens doivent adopter rapidement une culture d’innovation, d’expérimentation, de création et d’ouverture au changement.»

à l’école est conditionnée par les choix de l’Éducation nationale. L’arrivée du numérique dans nos sociétés, selon les avis des uns et des autres, peut être soit une bonne chose, soit une mauvaise. Mais de toute façon, la révolution numérique est là, pour le meilleur et pour le pire. Autant faire avec et en tirer tous les éléments positifs possibles.

Un dernier mot ?

D’abord, je tiens à remercier magazine. S’agissant du mot de la fin, personne ne pourra prononcer le dernier mot à propos de la science, de la technologie ou de la vie, parce ces oeuvres n’ont pas de fin…

 Du tac au tac

Votre livre de chevet actuellement… 99 Francs de Fréderic Beigbeder, un livre repris au théâtre et au cinéma. Un film qui vous est resté en mémoire… Il y en a plusieurs, le dernier en date est un film de Martin Scorsese, Le loup de Wall Street. Une ville ou une région d’Algérie qui vous fascine ? Pourquoi une ville ou une région ? L’Algérie entière fascine par ses diverses et riches facettes historiques, géographiques et culturelles. Tout dépend du regard que l’on pose ! L’équipe de foot dont vous êtes fan ? Les Fennecs, toujours les Fennecs ! Un voyage que vous souhaiteriez faire ou refaire ? À refaire à New-York et Hong- Kong, deux mégapoles qui sont l’expression vivante de la mondialisation et du nouveau monde qui se construit sous nos yeux. Que faites-vous de votre temps libre ? Il m’en reste très peu…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page