Rassemblements de l’opposition à l’Hotel Mazafran Le tournant politique en Algérie ?

Rassemblements de l’opposition à l’Hotel Mazafran Le tournant politique en Algérie ?

POUR LA PREMIÈRE FOIS DANS L’HISTOIRE DE L’ALGÉRIE INDÉPENDANTE, DES ISLAMISTES,
LAÏCS, NATIONALISTES, RÉFORMATEURS ÉTAIENT AU RENDEZ-VOUS DE LA CONFÉRENCE DU
DIALOGUE NATIONAL INITIÉE PAR LA COORDINATION NATIONALE POUR LA TRANSITION
DÉMOCRATIQUE (CNLT). L’ÉVÈNEMENT S’EST FINALEMENT DÉROULÉ SANS AUCUNE ENTRAVE
DE L’ADMINISTRATION. UN SIGNE D’ESPOIR POUR LE RETOUR EN FORCE DES FORCES DE
L’OPPOSITION SUR LA SCÈNE POLITIQUE DU PAYS APRÈS PLUSIEURS ANNÉES DE DISETTES ?

Par Noreddine Izouaouen

Les leaders de la CNLT ont, en effet, enduré le martyre pour organiser cette conférence ! Alors que l’objectif principal de cette coordination, née déjà sous l’appellation de «la coordination des partis et personnalités politiques boycotteurs des élections présidentielles du 17 avril», était de «faire face à la candidature du Président de la République.» Mais cet objectif n’a pas duré dans le temps, car Mr Abdelaziz Bouteflika a été élu Président pour la 4ème fois consécutive. Une nouvelle qui n’a pas été du goût des leaders de la coordination, forcés de changer son appellation pour s’adapter à la nouvelle situation du pays. En dépit de la convergence de leur courant politique, ils sont arrivés à s’entendre sur la nécessité de renforcer les rangs autour «la coordination pour les libertés et la transition démocratique» afin de concrétiser leur objectif principal : réunir toutes les parties, les forces vives de la société dans le camp de l’opposition, «ce pouvoir qui gouvernait le pays depuis 1962.»

Un objectif atteint difficilement !

La réunion programmée pour les 17 et 18 mai dernier n’a pas eu lieu pour des «raisons logistiques et bureaucratiques.» Elle a été reportée pour le 7 juin, avant d’être reportée une autre fois pour le 10 juin dernier. Le combat de la CLTD ne s’arrête pas, l’hôtel Hilton a annulé sa réservation pour le 10 pour un seul motif : «Non paiement de la salle». La CLTD a été dans l’obligation de trouver un autre endroit pour accueillir les participants qui ont déjà reçu les invitations pour le 10 du mois de juin à l’hôtel Hilton. L’accord de l’Hôtel Safir Mazafran d’accueillir les «opposants» a sauvé les alliés de l’échec. La conférence a été «une réussite» pour l’opposition qui a pu regrouper sous la chaleur du chapiteau de Safir Mazafran des dizaines de figures connues sur la scène politique algérienne, à l’instar d’Ali Yahia Abdenour, Mouloud Hamrouche, Ali Benflis, Said Sadi, Mokran Ait Larbi, des cadres du FIS dissous, Ali Djeddi et Abdelkader Boukhamkham, le premier Secrétaire du FFS, Ahmed Bettatache et Chafaâ Bouaiche. D’autres figures associatives et syndicales ont pris part également à cet évènement, premier du genre en Algérie indépendante. La coordination a fixé une plateforme de contenants de plusieurs principes, à savoir : le «respect du cadre républicain de l’État algérien», la «préservation de l’unité nationale et le refus de violence sous toutes ses formes dans le travail politique.» Il est question aussi du «refus de l’ingérence étrangère sous n’importe quelle forme» et de «rendre civil le régime politique et éloigner l’institution militaire et sécuritaire des conflits politiques.» Onze résolutions ont été élaborées lors de cette conférence : la poursuite du combat pour un véritable changement qui concrétise la souveraineté du peuple dans le choix de ses décideurs et de ses représentants ; approfondir le dialogue et enrichir le projet de la plateforme politique de la première conférence avec les interventions et les propositions, et préparer un document consensuel qui sera proposé au pouvoir et à la société ; appeler le pouvoir de ne pas manquer l’occasion historique de la conférence ; communiquer continuellement avec le peuple ; faire participer la femme et les jeunes dans la transition démocratique ; élargir le front des partis et des personnalités convaincus du changement et de la transition démocratique ; se concerter après la conférence avec les partis politiques et les personnalités nationales pour garantir la poursuite de la coordination et le travail commun avec les différentes parties participant à la conférence… La coordination se charge de la poursuite des consultations et de la constitution d’un organisme pour la consultation et le suivi.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page