45ème assemblée générale de l’AACO.Des projets et des débats.

45ème assemblée générale de l’AACO.Des projets et des débats.

Les travaux de la 45ème Assemblée générale de l’Organisation des transporteurs aériens arabes (AACO), tenue à Alger du 5 au 7 novembre dernier, ont donné lieu, entre autres, à la signature par sept compagnies aériennes arabes, dont Air Algérie, d’un mémorandum d’entente pour l’échange de pièces détachées consommables des appareils.

Par Sonia Dahbi

Avec Air Algérie, on retiendra Egypte Air, Middle East Airlines, Saudia Airlines, Qatar Airways, Kuwait Airways et Emirates Airways. «Le projet compte trois phases dont la première porte sur l’échange progressif avec un taux de départ, selon les pouvoirs d’achat des compagnies, des pièces détachées disponibles chez certaines de ces compagnies à celles qui n’en disposent pas au lieu de les importer de l’étranger», a expliqué, à Alger le SG de l’Organisation arabe des compagnies aériennes (AACO), Abdelouahab Toufaha. Ces travaux ont, également, donné l’occasion à l’Algérie de réaffirmer son opposition à la décision de l’UE d’introduire une taxe applicable à toutes les compagnies. L’Algérie appelle l’Union européenne à mettre fin à une mesure qui a été prise de manière unilatérale et en contradiction avec la réglementation régissant le transport aérien international et avec le respect de la souveraineté des pays. Ces travaux ont permis aussi, aux pays membres de trouver les meilleurs voies et moyens pour arriver à mieux défendre leurs parts de marché au niveau international. Des solutions qui ne peuvent être identifiées sans volonté politique, avait affirmé le secrétaire général de l’AACO, Abdelouahab Toufaha, qui atteste que le développement du transport aérien dans les pays arabes «exige une volonté politique de la part des Etats». Il estime prématuré de parler de bloc de compagnies aériennes arabes selon le modèle européen où les compagnies détiennent 25% du marché mondial tandis que la part de marché des compagnies aériennes arabes est passée de 3% en 2001 à plus de 10% en 2011. Une progression tant au plan domestique qu’à l’international en dépit des turbulences traversées par certains pays arabes. Ces travaux ont été aussi l’occasion d’aborder des thèmes relatifs à la sécurité et à la sûreté et à tout ce qui concerne les nouvelles normes en matière de distribution des produits au niveau mondial. Il a été constaté que dans certains pays, des compagnies se sont développées plus que d’autres, notamment celles du Golfe.

 

Mohamed-Salah Boultif, PDG d’Air Algérie, lors de la 45ème assemblée générale de l’AACO), parle du plan quinquennal de développement (2012-2017), doté d’un budget de 60 milliards de dinars.

 

Ce qu’en dit Boultif…

 

Concernant la rencontre :

« Le but est de coordonner les actions futures, notamment sur les relations entre les pays arabes et l’Union européenne (UE) en matière d’accès au marché, de créneaux horaires (slots) et de libéralisation ».

A propos de la taxe carbone :

« Envisager aussi la possibilité de remettre en question la taxe carbone, une décision prise unilatéralement par l’UE depuis 2008 et qui a été décriée par la plupart des compagnies aériennes. L’idéal est d’aboutir à un accord global dans le cadre de l’Organisation internationale de l’aviation civile (OACI) ».

Au sujet des compagnies du Golfe :

« Ces compagnies n’ont pas de marché naturel et utilisent le trafic de transit. Elles créent un réseau globalisé, total networks globalisé, en se développant sur tous les continents. Elles sont appelées les compagnies de 6ème liberté. Elles ramènent du trafic d’un peu partout, de manière globalisé, le font transiter par leur plateforme respective, et éclatent les passagers sur différentes destinations ».

Pour ce qui est de l’ouverture de nouvelles lignes :

«Les choses se font par étape. Nous avons commencé par renforcer les lignes existantes et ensuite cherché de nouvelles lignes, là où le trafic naturel est inexistant entre l’Algérie et les capitales africaines. Ce sont des lignes qui vont s’inscrire dans cette idée de construction d’un hub au niveau de l’aéroport international d’Alger, à l’instar de ce qui se fait au Moyen-Orient. On met en place des correspondances en adoptant une meilleure politique tarifaire au départ de ces pays. On pourra ainsi capter quelques trafics, ce qui justifiera l’ouverture de nouvelles dessertes en Afrique, opérations qui sont à l’étude ».

Concernant le nombre de passagers transportés :

«Globalement, on pense terminer l’année 2012 à hauteur de 4 millions de passagers, dont 1,5 million sur le réseau domestique. »

Relatif à la flotte :

« Un plan quinquennal de développement (2012-2017), doté d’un budget de 60 milliards de dinars, servira à financer plusieurs opérations, dont l’achat de nouveaux appareils. La flotte est actuellement composée de 42 appareils avec une moyenne d’âge de 7 ans et demi ».

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Revenir en haut de la page